GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les Etats-Unis mettent fin au statut spécial accordé aux Haïtiens (officiel)
    • Argentine: les bruits sous-marins ne viennent pas du San Juan (Marine)
    • ATT annonce que la justice américaine s'oppose à sa fusion avec Time Warner
    Economie

    Brexit: JPMorgan ne relocalisera pas une partie de son activité à Paris

    media La banque américaine JPMorgan va déplacer une partie de ses employés de la City, le quartier d'affaires de Londres, après le Brexit. Bloomberg / Getty Images

    La banque américaine JPMorgan a choisi Francfort, Dublin et Luxembourg pour relocaliser une partie de son activité de Londres après le Brexit. Plusieurs centaines d’emplois seraient concernés. Paris ne fait pas partie de cette liste.

    Malgré la mobilisation des autorités françaises, qui multiplient les initiatives pour attirer les emplois de la City de Londres, JPMorgan n’a pas choisi Paris pour relocaliser une partie de ses activités après le Brexit, a déclaré l’un des responsables de la banque à l’agence Bloomberg.

    Paris est pénalisé par la rigidité du droit du travail français, considéré comme trop protecteur par la banque américaine. Le coût du travail, jugé trop élevé en France par les institutions financières étrangères, est également un obstacle. Pour l'instant, seule la banque britannique HSBC a choisi l'Hexagone pour relocaliser un millier d'emplois quand le Royaume-Uni aura quitté définitivement l'Union européenne.

    Mais rien n’est encore joué. Des banques comme Goldman Sachs et Citygroup, par exemple, n’ont pas encore officialisé leur choix. L’incertitude sur l’issue de l'élection présidentielle en France pèse sur la décision des institutions financières basées à Londres. Une victoire de Marine Le Pen, qui affiche son intention de quitter la zone euro, remettrait tout en cause.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.