GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
Mardi 25 Juillet
Mercredi 26 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juillet
Samedi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Schäuble et Macron pour un Parlement européen de la zone euro

    media Wolfgang Schaüble, le ministre des Finances allemand, le 4 mai 2017. REUTERS/Rogan Ward

    Dans un entretien publié jeudi 11 mai par le journal italien La Repubblica, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, se dit d'accord avec le président français élu Emmanuel Macron qui prône l'instauration d'un Parlement européen de la zone euro. Objectifs : renforcer l'union monétaire, limiter les divergences entre les économies de ses dix-neuf pays membres et reprendre la main sur la gestion des crises financières des pays de la zone euro.

    Avec ce Parlement européen de la zone euro, qui n'aura qu'un rôle consultatif, les dirigeants français et allemands espèrent rapprocher les points des 19 pays de la zone euro et permettre ainsi une meilleure intégration.

    Parmi les objectifs à atteindre, faire évoluer le rôle du Mécanisme européen de stabilité (MES), un fonds mis en place en 2012, au plus fort de la crise, et doté d'une capacité de 700 milliards d'euros pour intervenir auprès des pays européens en crise. A terme, l'idée est d'en faire un fonds monétaire européen qui se substituerait au Fonds monétaire international (FMI).

    A (RE)COUTER → Comment va l’euro ?

    Ce Mécanisme européen de stabilité aurait également pour mission de remplacer la Commission européenne qui veille aux respects des règles budgétaires européennes, à savoir un endettement public inférieur à 60% du PIB et un déficit public n'excédant pas 3% du PIB.

    En revanche, les points de vue de Wolfgang Schäuble et d'Emmanuel Macron divergent sur l'instauration d'un ministre des Finances de la zone euro qui piloterait un budget commun. Alors que l'ancien président du Parlement européen, Martin Schultz soutient le projet de budget commun.

    L'interview de Wolfgang Schaüble dans La Repubblica (en italien)

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.