GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Economie: Moody’s baisse la note de la Chine et fâche Pékin

    media Shanghai. Au moment où l’économie montre des premiers signes d’embellie, l’abaissement de la note de Aa3 à A1 ne devrait rien arranger. Wikipédia

    Du jamais vu depuis 1989 : l’agence internationale Moody’s a abaissé la note de la Chine, inquiète de voir la dette de la deuxième économie mondiale s’accumuler (dette totale de 256% du PIB fin 2016) alors que le potentiel de croissance ralentit. Contrairement à Pékin qui table sur une croissance de 6,5% pour les cinq années à venir, Moody’s ne s’attend qu’à un taux de 5% en moyenne. La réaction, furieuse, de Pékin n’a pas tardé.

    Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

    Moody’s a tout faux, riposte le ministère des Finances. L’Agence aurait commis trois erreurs : la méthodologie serait inappropriée, les difficultés de l’économie chinoise surestimées et puis les capacités du pays de mener à bien ses réformes seraient sous-évaluées, souligne-t-on à Pékin.

    Pourtant, le simple fait que le ministère ait réagi en un temps record à l’évaluation de Moody’s le prouve: la Chine prend au sérieux cet avertissement. Le quotidien hongkongais South China Morning Post rappelle qu’en mars 2016, l’ex-ministre des Finances Lou Jiwei avait encore affirmé ne pas prendre en considération les notations des agences internationales.

    En cause, les dettes des entreprises d'Etat

    Car Moody’s met le doigt là où ça fait mal : les dettes des entreprises d’Etat. L’acier et les mines : ces secteurs, souvent déficitaires et plombés par la surproduction, absorbent une grande partie des crédits bancaires, des crédits qui manquent au secteur privé.

    Au moment où l’économie montre des premiers signes d’embellie, l’abaissement de la note de Aa3 à A1 ne devrait rien arranger – désormais, il sera plus difficile pour les entreprises chinoises de lever des fonds sur les marchés internationaux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.