GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Juin
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Aujourd'hui
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    France: exploitation de mines en Bretagne, l'opposition s'organise

    media Sollicité dès sa nomination, le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, est «pour une étude indépendante». REUTERS/Charles Platiau

    La réouverture des mines est un objet d'inquiétude en Bretagne. En cause, trois permis de recherche octroyés à la société Variscan mines, filiale d'un groupe australien. Les sous-sols de la région pourraient abriter des métaux tels que le cuivre, le zinc, le tantale ou le lithium, des métaux dits stratégiques qui intéressent beaucoup l'industrie des nouvelles technologies. Mais la population redoute la catastrophe environnementale.

    Tantale, cuivre, zinc, tungstène, or, lithium, voilà quelques-uns des métaux enfermés dans les sous-sols de Bretagne centrale. Avec l'essor des nouvelles technologies et le besoin en métaux stratégiques, certains promoteurs se disent qu'il n'y aurait peut-être plus besoin d'aller les chercher à l'autre bout du monde.

    C'est le cas de Variscan mines, une filiale d’un groupe australien basée à Orléans. Elle a obtenu du ministère de l'Economie, un permis d’exploration. C'était en 2013, à l'époque le ministre était Arnaud Montebourg. Cette décision avait été validée ensuite par Emmanuel Macron au même ministère en 2015.

    Mais depuis, les habitants des 70 communes concernées par ses travaux d'exploration ne décolèrent pas. A Merléac dans les Côtes-d'Armor, les travaux sont bien avancés. Dans cette ancienne ville minière où l'on extrayait le plomb, on craint une réouverture des sols qui viendrait polluer l'eau et donc les cultures environnantes. Sans oublier les conséquences pour le tourisme et la valeur de l'immobilier.

    Profitant du contexte électoral, plusieurs élus locaux ont adressé une lettre au gouvernement pour s'alarmer des projets. Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, s'est prononcé pour le lancement d'« une étude indépendante » sur l'impact des travaux en cours. A suivre.

    A (re) écouter : La France sur le point de rouvrir une ancienne mine de tungstène (Chronique des matières premières)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.