GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 24 Juillet
Mercredi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Les salariés de GM&S, toujours sans repreneur, doivent rencontrer Macron

    media Les locaux de GM&S à la Souterraine, le 13 mai 2017. PASCAL LACHENAUD / AFP

    Emmanuel Macron doit rencontrer ce vendredi 9 juin à 19h des représentants des salariés de GM&S. Des salariés en colère, car cet équipementier automobile actuellement en redressement judiciaire n'a toujours pas trouvé de repreneur. Or, c’était ce mercredi la date butoir de dépôt des offres de reprise. Et pourtant, l'Etat avait mis la pression sur les constructeurs automobiles pour qu'ils augmentent leurs commandes à l'équipementier. Désormais, les 277 salariés de l'usine creusoise espèrent beaucoup de ce rendez-vous avec le président de la République.

    Ce sont des salariés très en colère qui s'élanceront dans une opération escargot ce vendredi après-midi depuis La Souterraine, la commune creusoise qui accueille l'usine GM&S jusqu'à Bellac en Haute-Vienne, lieu de leur rencontre avec Emmanuel Macron.

    En colère, car lorsque le ministre de l'Economie Bruno Le Maire leur avait annoncé le 21 mai dernier que PSA et Renault s'étaient engagés à commander davantage de pièces en 2017, ils avaient cru que plus rien ne s'opposerait à la reprise de l'usine.

    Mais d'après l'intersyndicale, c'était une fausse promesse, les commandes ne se feraient au mieux qu'en 2018. La situation est donc toujours aussi désespérée. Et les repreneurs pressentis ne se sont pas manifestés par une offre de reprise formelle.

    Alors que la date-butoir pour la reprise, le 23 juin, approche. Les salariés espèrent arracher un geste de la tête de l'Etat. Le principal repreneur qui était pressenti, GMD, accepterait en effet de reprendre 110 salariés de l'usine à condition que l'Etat en prenne 20 à sa charge.

    Jusqu'à ce jour, le président de la République ne s'était jamais exprimé sur ce dossier social explosif. Le premier de son quinquennat.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.