GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    GM&S: Le Maire à la rencontre des salariés, l'avenir plus que jamais brumeux

    media Arrivés mardi 18 juillet depuis leur usine de La Souterraine (Creuse), une centaine de salariés bloque dans le calme les accès d'une plateforme logistique de pièces détachées d'un site Renault à Villeroy. PASCAL LACHENAUD / AFP

    La situation du sous-traitant automobile creusois GM&S est toujours dans l'impasse. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et le secrétaire d'Etat au ministère de l'Economie Benjamin Griveaux se rendent ce mercredi 19 juillet à La Souterraine alors que le tribunal de commerce de Poitiers doit se pencher sur l'unique offre de reprise. Le stéphanois GMD, l'unique repreneur potentiel, a reconnu mardi que les conditions n'étaient pas réunies. L'heure n'est plus à la confiance. Les ouvriers campent depuis mardi devant l'usine de Renault à Villeroy, dans l'Yonne, l'autre constructeur qui s'est engagé dans le plan de reprise.

    On croyait la situation plus claire depuis une ultime réunion de toutes les parties la semaine dernière à Paris. Finalement tout s'embrouille. Bercy accuse PSA de revenir sur son engagement de verser 5 millions d'euros pour le renouvellement des machines, ce que dément le constructeur. Joint par RFI, il rappelle qu'il n'a jamais quitté le navire, même en pleine tempête, et qu'en plus de son engagement à commander des pièces à GM&S sur 5 ans, il a prévu d'investir 4 millions d'euros pour l'outillage.

    Du côté des syndicats, on affirme que c'est de la poudre aux yeux. « Les 4 millions d’euros d’investissement de PSA, c’est sur l’outillage. Il faut savoir que quand n’importe quel sous-traitant fabrique une pièce pour un donneur d’ordre, c’est lui qui fournit l’outillage de sa pièce. C’est un investissement qui est fait automatiquement par les donneurs d’ordre qui fournissent l’outil. On n’appelle même pas cela un investissement parce que l’outil fait partie du prix d’accès et qu'ils se remboursent là-dessus. Là où PSA ne joue pas le jeu par rapport à Renault et le gouvernement, c’est que Renault et le gouvernement mettent un investissement pour moderniser encore les machines », explique Thomas Baudouin, de la CGT métallurgie.

    En somme, aujourd'hui, il manque toujours 5 millions d'euros pour sauver le site et au moins 120 des 277 salariés. Des ouvriers qui réclament toujours aux constructeurs de verser les primes extralégales pour les salariés non repris. Pas question, pour PSA et Renault. Le dialogue de sourds se poursuit. Et l'avenir de GM&S et son bassin d’emploi n'a jamais été aussi brumeux.

    REPORTAGE
    Avec les ouvriers de GM&S lors du blocage de l'usine Renault à Villeroy 19/07/2017 - par RFI Écouter

    A relire : France: GMD propose de sauver 120 salariés de GM&S

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.