GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    Economie

    Industrie: Thyssenkrupp et Tata fusionnent leurs activités en Europe

    media Le siège du groupe allemand ThyssenKrupp à Essen en Allemagne. REUTERS/Wolfgang Rattay

    Une nouvelle fusion se prépare dans l'acier. L'industriel allemand Thyssenkrupp et le groupe indien Tata ont signé un accord prévoyant une fusion de leurs activités en Europe. Ce rapprochement entre les deux géants devra se faire l'an prochain. Reste à convaincre les syndicats allemands, malgré les 4 000 suppressions d'emplois attendues.

    Après un an de discussions, Thyssenkrupp et Tata ont signé une déclaration d'intention. Le texte prévoit la création d'une coentreprise sidérurgique en 2018. Cette nouvelle entité devrait regrouper les activités européennes des deux partenaires, et viserait la deuxième place sur le marché européen, derrière le leader mondial, ArcelorMittal.

    Baptisé « Thyssenkrupp Tata Steel », le nouveau sidérurgiste européen ambitionne de produire environ 21 millions de tonnes d'acier par an, avec un chiffre d'affaires avoisinant les 14 milliards d'euros. La synergie entre les deux groupes devrait permettre des économies allant de 400 à 600 millions d'euros par an. L'accord prévoit également la suppression de 4 000 postes.

    En pleine campagne pour les législatives, cette nouvelle passe mal en Allemagne. Le puissant syndicat IG Metall a exigé des garanties sur l'emploi en échange de son approbation. Le vice-chancelier social-démocrate, Sigmar Gabriel, a apporté son soutien aux syndicats, estimant qu'aucune solution allant à l'encontre des salariés n'était concevable dans ce dossier. La nouvelle holding sidérurgique emploiera quelque 48 000 salariés sur 34 sites.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.