GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Transformation de l'ISF, hausse de la CSG: ce qu'il faut retenir du budget 2018

    media Les ministres de l'Economie Bruno Le Maire (d) et de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale, le 27 septembre 2017. REUTERS/Stephane Mahe

    Le gouvernement français a présenté ce mercredi 27 septembre son projet de loi de finances (PLF) pour 2018, ainsi que sa trajectoire budgétaire pour les cinq années à venir. Le président Emmanuel Macron s'était engagé à transformer le modèle économique de la France et redresser les finances publiques.

    Le ministre de l'Economie qualifie le budget de « sincère » et affirme qu'il a été construit sur des données réalistes et non optimistes. « Un scénario prudent en 2018 et raisonnable en 2019 », assure Bruno Le Maire. Et tant mieux s'il y a de bonnes surprises dans un an.

    Concrètement, le budget présenté ce mardi prévoit une baisse d'impôts de 10 milliards d'euros, dont 6 pour les ménages. Les salaires vont augmenter grâce à la suppression des charges sociales chômage et maladies, mais ce sera infime, car la hausse de 1,7 % de la CSG effacera quasiment l'augmentation.

    Quand on a travaillé toute sa vie, je ne vois pas pourquoi on doit encore payer. Je dois encore faire du babysitting à mon âge pour arrondir les fins de mois.

    La hausse de la CSG révolte les retraités 27/09/2017 - par Alice Pozycki Écouter

    Création d'un impôt sur la fortune immobilière

    Par ailleurs, 80 % des foyers seront progressivement exonérés de la taxe d'habitation et les plus modestes percevront une aide à domicile. Le gouvernement ne touche pas aux produits d'épargne populaire, le livret A et le livret de développement durable resteront défiscalisés. La fiscalité de l'assurance-vie reste inchangée pour les contrats dont les encours ne dépassent pas 150 000 euros par épargnant ; seuls les revenus des versements effectués à partir d'aujourd'hui seront surtaxés. Toujours au chapitre des impôts, le gouvernement supprime l'ISF, l'impôt de solidarité sur la fortune, et seuls les actifs immobiliers seront imposés. Un impôt sur la fortune immobilière va être créé, il reprendra les règles de l'ISF sur l'immobilier.

    Du côté des entreprises, 4 milliards de baisse d'impôt sont annoncées. Ce projet de loi de finances allège la fiscalité sur le capital pour favoriser les investissements vers l'entreprise, avec comme nouveauté la mise en place d'un impôt forfaitaire unique de 30 % sur tout le capital. La fiscalité de l'épargne salariale ne sera pas modifiée pour conserver les avantages. L'impôt sur les sociétés passe de façon progressive de 33 à 25 % d'ici la fin du quinquennat. Le crédit impôt recherche sera baissé mais sanctuarisé et un fonds pour l'innovation de rupture doté de 10 millions d'euros sera mis en place. Il sera financé par les cessions de participation de l'Etat dans des entreprises.

    15 milliards d’économies

    L'autre priorité de ce PLF est de permettre à la France de retrouver sa crédibilité auprès de ses partenaires, donc de baisser la dépense publique et réduire la dette d'ici 2022. Le cap du gouvernement se résume en trois chiffres : cinq, trois et un. Soit 5 points de dette publique en moins, 3 points de dépenses publiques en moins, 1 point de prélèvements obligatoires en moins. Le déficit public sera ramené à 2,9 % du PIB en 2017, et 2,6 % en 2018, afin de sortir la France de la procédure de déficit public excessif dans laquelle elle se trouve depuis 2009.

    Comme il l’avait annoncé, le gouvernement engage des coupes budgétaires. La trajectoire prévoit dès 2018 une baisse de la dépense publique de 0,7 point, soit 15 milliards d'euros d'économie dès l'an prochain – 7 milliards pour l'Etat, 5 pour la Sécurité sociale et 3 pour les collectivités territoriales. Des économies qui n'excluent pas de nouvelles dépenses... Le ministère des Armées verra son budget augmenter de 1,7 milliard, l'Education de 1,4  sans oublier les ministères de la Justice et de la Transition écologique.

    Reste maintenant à regarder en détail si ce numéro d'équilibriste entre baisse d'impôt, économie et nouvelles dotations, est tenable.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.