GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Au moins sept pays de l'UE concernés par le fichage de Monsanto, selon Bayer
    Economie

    Economie: les indicateurs au vert en France

    media Vue du siège de l'Institut national de la statistique Insee, à Paris. AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

    L'économie mondiale reste solide au second trimestre. C'est le constat de l'Insee dans son dernier point de conjoncture. L'institut français de statistique anticipe entre autres une croissance de 2,2% sur l'année dans une zone euro qui comble son retard conjoncturel. Et comme pour l'ensemble de ses camarades de la zone euro, pour l'économie française, ça va mieux. Au printemps, l'activité a progressé de 0,5% pour le troisième trimestre consécutif et l'Insee table sur une croissance annuelle du produit intérieur brut de 1,8%.

    Cette croissance légèrement plus optimiste que celle prévue par le gouvernement dans son budget est notamment portée par la demande intérieure. La consommation continue d'augmenter légèrement, même si ses dépenses progressent de manière moins prononcée que l'année dernière. Et puis surtout, on ressent les effets de la hausse du nombre d'achats de logements neufs. L'Insee prévoit une augmentation de 5% des investissements des particuliers sur l'année et cela ne s'était pas vu depuis 2006.

    Les ménages ne sont pas seuls à mettre la main au porte-monnaie. L'investissement des entreprises a beau avoir ralenti au deuxième trimestre, il résiste à la fin de mesures incitatives et il devrait augmenter de près de 4% cette année. Il faut dire que le climat des affaires est au plus haut, les chefs d'entreprise n'ont pas été aussi optimistes depuis 2011.

    Sur le front de l'emploi, là, le constat est en demi-teinte. Le taux de chômage est attendu à 9,4% en fin d'année contre 10% fin 2016, et les projections annoncent la création de près de 200 000 emplois nets sur l'année. Mais les progrès ont surtout été faits au premier semestre, l'emploi ralentit sur les six derniers mois de l'année. En cause : la suppression de la prime à l'embauche dans les PME et la réduction du nombre d'emplois aidés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.