GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Nissan suspend sa production au Japon

    media Le showroom au siège du constructeur automobile Nissan à Yokohama, au Japon, le 11 mai 2017. REUTERS/Toru Hanai/File Photo

    Le constructeur automobile japonais Nissan a suspendu pour deux semaines la production de ses véhicules destinés au marché nippon. A l'origine de cette décision, la persistance de mauvaises pratique de certification des véhicules neufs. C'est la première crise que doit affronter le PDG de Nissan, Hiroto Saikawa, qui a pris les commandes de l'entreprise en avril. Cette nouvelle affaire éclabousse déjà le partenaire de Nissan, Renault, dont le titre a perdu en Bourse 3% juste après le communiqué de la direction.

    Cette affaire de certification a commencé le mois dernier. Nissan avait alors suspendu les immatriculations de plusieurs dizaines de milliers de véhicules produits avant le 20 septembre. Ces voitures se trouvaient encore dans ses usines et devaient être vendues sur le marché local.

    Début octobre, nouveau rappel. Concernant cette fois, plus d'un million de véhicules, produits entre octobre 2014 et septembre 2017, et qui étaient déjà commercialisés au Japon. Coût de l'opération : 190 millions d'euros.

    A huit jours de l'ouverture de grand salon automobile de Tokyo, cette affaire est quelque peu embarrassante pour la nouvelle direction de Nissan. Selon la presse nippone, des certificats de contrôle auraient été falsifiés pour dissimuler la fraude. La pratique aurait continué même après les excuses du patron.

    A plusieurs reprises, la direction du groupe, partenaire de Renault, a souligné que cela n'était qu'une question de procédures, et que la qualité des véhicules n'était absolument pas en cause. Il en va pourtant de l'image du groupe auprès de ses clients.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.