GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • COP23: la communauté internationale s'accorde pour évaluer en 2018 ses émissions de CO2
    • L'Arabie saoudite rappelle son ambassadeur à Berlin pour protester contre une déclaration allemande sur le Liban (agence)
    Economie

    Italie: la Lombardie et la Vénétie ne veulent plus payer pour les autres

    media Le référendum est notamment soutenu par Forza Italia de Silvio Berlusconi (d), ici, aux côtés du président de la Lombardie Roberto Maroni, le 18 octobre à Milan. REUTERS/Alessandro Garofalo

    La Lombardie et la Vénétie votent dimanche 22 octobre par référendum pour demander plus d'autonomie pour ces deux régions italiennes. Contrairement à la Catalogne, ce référendum est prévu par la Constitution, mais il répond à la même exigence : cesser de payer pour les autres.

    Les habitants de Lombardie et de Vénétie sont invités à manifester si oui ou non ils veulent pour leur région plus de compétences en matière d'infrastructures, de santé d'éducation, de sécurité ou d'immigration.

    Mais les partisans du oui veulent surtout ne plus verser beaucoup plus d'impôts et taxes qu'ils ne reçoivent de fonds publics. Ces deux régions riches représentent à elles seules près d'un tiers du PIB italien et les Lombards payent 54 milliards d'euros de plus qu'ils ne reçoivent et ce solde s'élève à plus de 15 milliards d'euros en Vénétie. C’est bien plus que le solde fiscal de la Catalogne qui s'élève à « seulement » 8 milliards d'euros.

    Les partisans du oui réclament de récupérer la moitié de ce qu'ils estiment un trop-perçu. A l'appui de cette demande, ils font valoir que leur endettement est faible, qu'ils coûtent moins à l'Etat par habitant que la moyenne des régions italiennes et que cette « vertu » doit être récompensée.

    Ce référendum est une nouvelle illustration de la fracture nord/sud, riches/pauvres, traditionnelle en Italie.

    (Re) lire : Italie: la Lombardie et la Vénétie revendiquent plus d'autonomie

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.