GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    «Paradise Papers»: la méthode Apple pour échapper à l'impôt

    media Après l'Irlande, la marque Apple a rapatrié discrètement son argent sur l'île de Jersey pour continuer de bénéficier des avantages d'un paradis fiscal. REUTERS/Kevin Coombs/File Photo

    Depuis dimanche, les « Paradise Papers » du Consortium international des journalistes d'investigation dévoilent les stratégies d'optimisation fiscale d'entreprises ou de personnes à travers le monde. Des sociétés comme Nike ou des personnalités bien connues comme la reine d'Angleterre sont ainsi pointées du doigt pour ces pratiques qui ne sont cependant pas forcément illégales. Exemple avec la société américaine Apple, passée maître dans l'art d'échapper à l'impôt en installant ses bénéfices dans des paradis fiscaux.

    Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

    Il y a quatre ans, les montages d'Apple pour réduire considérablement son taux d'imposition ont déjà été largement dénoncés. Le fabricant de l'iPhone utilisait alors des filiales en Irlande où la fiscalité était avantageuse pour les multinationales.

    Selon le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, qui a épluché les documents des « Paradise Papers », Apple aurait même profité d'un vide juridique dans le droit irlandais pour quasiment échapper à tout impôt pendant un temps plutôt que de payer 35 % aux Etats-Unis par exemple.

    Sous la pression, l'Irlande avait dû revoir son dispositif et Apple avait fait profil bas pour mieux rapatrier discrètement son argent à Jersey. Dépendance de la couronne britannique, cette petite île anglo-normande est surtout un paradis fiscal bien connu.

    Apple défend son déménagement à Jersey

    Après étude des « Paradise Papers », le New York Times affirme ainsi que pas moins de 128 milliards de dollars de profit offshore ont été réalisés par Apple ou ses filiales.

    Dans l'œil du cyclone depuis 2013, la firme à la pomme ne se démonte pas. Aujourd'hui encore, elle assure qu'elle a respecté la loi et prétend même être « le plus gros contribuable du monde » avec 35 milliards de dollars ces trois dernières années.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.