GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 23 Octobre
Mercredi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Paradise Papers: Bernard Arnault récuse les accusations

    media Le PDG de LVMH, Bernard Arnault, lors d'une conférence de presse, le 25 avril 2017, à Paris. REUTERS/Stephane Mahe

    De nouvelles révélations dans l'affaire des Paradise Papers. Ce mercredi 8 novembre, Bernard Arnaud, la plus grosse fortune de France, et son groupe LVMH sont cités. Selon le journal Le Monde, qui fait partie du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) qui publie les révélations sur les paradis fiscaux, Bernard Arnaud aurait placé des actifs dans six paradis fiscaux différents. Mais le milliardaire se défend et affirme respecter toutes ses obligations fiscales. Il se dit victime d'« une opération journalistique ».

    Selon Bernard Arnault, tous les actifs cités dans la presse sont légaux et connus du fisc français, même si le journal Le Monde affirme qu’il aurait « fait appel à au moins huit cabinets de conseil différents pour placer ses actifs dans six paradis fiscaux ».

    Le quotidien évoque une propriété en Angleterre dont la valeur est estimée à 15 millions d'euros pour le terrain et 3,5 millions pour le bâti. Toutefois, ce bien n'est pas à son nom, il est détenu par un fonds immatriculé sur l'île de Jersey, mais dont Bernard Arnaud est le bénéficiaire.

    Cela s’applique aussi au Symphony, un luxueux yacht de 101 mètres de long, qui bat pavillon aux îles Caïmans et est détenu par une société maltaise. Le bateau a une raison commerciale puisqu'il est loué, y compris à Bernard Arnaud. Cette utilisation commerciale lui a permis lors de son acquisition de bénéficier d'une TVA réduite à 4,5% au lieu de 20%. Pourtant, le patron de LVMH affirme que ces modes de détention ne lui ont apporté aucun avantage fiscal.

    Dans ces montages financiers, le milliardaire use de prête-noms qui détiennent officiellement les parts de certaines de ses sociétés mais qui, selon Le Monde, appartiennent dans la réalité au groupe LVMH. Bernard Arnaud affirme que ces montages financiers sont transparents. Il rappelle qu'il s'acquitte en France de l'ISF, l'impôt sur la fortune.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.