GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les Saoudiennes pourront également conduire des motos et des camions à compter de juin 2018 (autorités)
    • Un fort séisme de magnitude 6,5 a frappé l'île de Java faisant trois morts et sept blessés (autorités)
    Afrique

    La Cnuced pointe le manque d'accès à l'énergie dans les pays les plus pauvres

    media Une habitation alimentée en énergie par des panneaux solaires, en périphérie de Bamako. RFI/David Baché

    La Cnuced (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) a publié ce jeudi 23 novembre son rapport 2017 sur les pays les plus pauvres du monde. Il y en a 47 aujourd’hui, dont 33 africains. La Cnuced s’est intéressée cette année à l’accès à l’énergie moderne dans ces pays.

    Trois indicateurs définissent les pays les moins avancés : le revenu national brut par habitant, le taux d’accès à l’éducation et aux services de santé, ainsi qu'un indice reflétant la capacité à résister aux chocs économiques et environnementaux.

    Autres caractéristiques communes : des économies peu diversifiées et un accès extrêmement limité à l’électricité. Certains pays regorgent d'hydrocarbures et de minerais, qu’ils exportent souvent bruts, comme l'Angola, la République démocratique du Congo, le Tchad, la Zambie ou encore le Zimbabwe.

    L’accès universel à l’énergie moderne serait-il un accélérateur de la croissance ? Il n’y aurait pas d’automaticité, selon Rolf Traeger, économiste à la Cnuced et coordonnateur du rapport. Seule certitude : le manque d’énergie moderne freine considérablement la croissance et rend difficile la transformation structurelle des économies.

    La Cnuced précise que 42 % des entreprises en activité dans les PMA estiment que le manque d’énergie fiable et stable est un obstacle majeur au développement de leurs activités. Elles souffrent d'une dizaine de coupures d’électricité par mois. Des coupures qui durent en moyenne cinq heures, entraînant la perte de 7 % de leur chiffre d’affaires.

    Depuis la création du concept de pays les moins avancés il y a 45 ans, cinq pays sont sortis de ce groupe, dont trois africains : le Botswana, le Cap-Vert et la Guinée équatoriale.

    Pour consulter le rapport de la Cnuced cliquez ici

    Les défis sont énormes. La part de la population des pays les moins avancés avec accès à l'électricité est passée de 10% en 1990 à 38% en 2014. Or, ce que prévoit l'objectif de développement durable numéro 7, c'est l’accès universel d'ici à 2030
    Rolf Traeger, coordinateur du rapport 2017 de la Cnuced sur les PMA 24/11/2017 - par Stanislas Ndayishimiye Écouter

     

     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.