GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Arbres de Noël: entre prix excessifs et sapins moches, des villes se ratent

    media Ce sapin de Noël installé à Rome s'est asseché avant les célébrations du 24 décembre. REUTERS/Tony Gentile

    Les arbres de Noël qui se dressent dans de nombreuses villes du monde au moment des fêtes de fin d'année ne rassemblent pas pour autant les populations dans la joie et l'harmonie. Trop chers ou trop moches, ils déclenchent même parfois de vives polémiques.

    Un sapin de Noël en plastique haut de 18 mètres au centre de Belgrade en Serbie n'a pas attisé la colère des habitants par son côté excessivement artificiel. Non, c'est son prix, 83 000 euros, qui a mis le feu aux poudres. Après la révélation du montant, le maire a rompu le contrat avec le fournisseur et le parquet a ouvert une enquête.

    A Rome, en Italie, un sapin de Noël moribond quelques jours seulement après son érection a lui aussi déchainé les réseaux sociaux : 48 000 euros pour un sapin déplumé, ça fait tout de même cher !

    Toujours en Italie, dans la petite cité de Civitanova Marche, ce sont des palmiers décorés qui ont fait parler d'eux, mais « pour de rire » cette fois.

    En 2016, à Montréal (Québec), un pauvre petit sapin tout frêle et tout penché avait provoqué un tollé médiatique. Non sans humour, le même quartier a installé à nouveau, cette année, un « vilain sapin » tout tordu. Il s'agit de célébrer l'imperfection et la diversité.

    Quant à la ville de Torcy, en banlieue parisienne, qui en 2016 avait renoncé aux décorations de Noël pour faire des économies, elle s'est cette fois fait voler son sapin de Noël quelques jours avant les fêtes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.