GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Février
Dimanche 18 Février
Lundi 19 Février
Mardi 20 Février
Aujourd'hui
Jeudi 22 Février
Vendredi 23 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Notre-Dame-des-Landes: après l'abandon du projet, quelles conséquences?

    media Entrée de Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes, dans l'ouest de la France. REUTERS/Stephane Mahe

    A l'issue du Conseil des ministres ce mercredi 17 janvier au matin, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé officiellement l'abandon du projet de construction d'un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes. La décision s'annonce lourde de conséquences, tant sur le plan environnemental qu'économique.

    Combien va coûter cette décision ?

    Si l’on se fie au rapport rendu le mois dernier par les trois médiateurs, c’est la solution la moins chère qui a été choisie. Réaménager l'aéroport existant Nantes-Atlantique coûterait entre 365 et 460 millions d’euros, alors qu'il aurait fallu débloquer 730 millions, soit à peu près le double, pour construire Notre-Dame-des-Landes.

    Mais il va également maintenant falloir indemniser Vinci. Le groupe de BTP avait décroché le contrat de concession pour 55 ans, pour la construction et l’exploitation de Notre-Dame-des-Landes. D’après un médiateur, Vinci peut espérer jusqu'à 350 millions d’euros de dédommagement. Un montant que dément le gouvernement. Les négociations à venir rappellent en tout cas le scandale de l'écotaxe qui il aura coûté plus d’un milliard d'euros au contribuable français.

    Les collectivités locales sont les autres perdantes de l'abandon du projet. Elles qui avaient déjà versé 31 millions d'euros (dont une partie sous forme de subventions) annoncent qu’elles n'en mettront pas un de plus. Le rapport des médiateurs chiffre les investissements nécessaires jusqu'à 595 millions d'euros, certains parlent du milliard. Et le Premier ministre promet des compensations exemplaires pour les riverains gênés par le bruit des avions aux cadences accélérées.

    Qui va en profiter ?

    D'autres conséquences économiques sont moins prévisibles. Au-delà d’augmenter le nombre de passagers, l’objectif d’un nouvel aéroport était de mieux relier cette région du Grand-Ouest, un peu excentrée, au reste de l’Union européenne. Les entreprises bretonnes y étaient très favorables. Elles sont aujourd'hui déçues.

    Je suis extrêmement déçu parce que c'était un projet nécessaire à l'avenir économique et social du Grand-Ouest.
    Frédéric Duval Secrétaire-général du Medef-Bretagne 17/01/2018 - par David Baché Écouter

    La décision a en revanche été applaudie sur Twitter par l'ancien président de la région Vendée Philippe de Villiers, qui s’était engagé contre le projet Notre-Dame-des-Landes et pour le réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique. Le créateur du parc d’attraction du Puy-du-Fou, qui sera mieux desservi, a salué le courage du Premier ministre Edouard Philippe et félicité Emmanuel Macron. « Champagne pour la Vendée ! » s'est-il par ailleurs exclamé dans un communiqué.

    Que prévoit maintenant le gouvernement ?

    Le premier chantier va maintenant être de moderniser l'aérogare de Nantes-Atlantique et d'aménager des abords de piste, pour accueillir plus de passagers dans des « délais rapides ». Objectif : 9 à 10 millions de voyageurs d'ici 2040, mais les différents travaux pourront être réalisés par étapes.

    Il va également falloir allonger la piste pour réduire les nuisances sonores. Pour cela, toute une série de procédures va être engagée. Etudes environnementales, plans d'exposition au bruit, déclaration d'utilité publique... la liste est longue. Cette seule phase pourrait prendre deux à dix ans, selon les partisans ou les détracteurs du projet.

    Pour améliorer l'accessibilité de l'aéroport, les autorités prévoient également le prolongement d'une ligne de tramway, l'aménagement d'une ligne ferroviaire et la création d'une gare. L'agrandissement d'un autre aéroport breton, à Rennes, est également annoncé pour mieux répartir le trafic aérien. Edouard Philippe demande à la ministre des Transports Elisabeth Borne d'étudier la mise en réseau des aéroports régionaux, en s’appuyant sur les lignes ferroviaires à grande vitesse pour rejoindre les plateformes aéroportuaires parisiennes.

    Le projet d'un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes, a été abandonné au profit d'un réaménagement et d'une extension de l'aéroport existant de Nantes-Atlantique. Studio graphique FMM

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.