GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Sommet sur l'attractivité de la France: des investissements annoncés

    media Emmanuel Macron a fait un discours pendant le dîner au sommet «Choose France», dans le château de Versailles, le 22 janvier 2018. REUTERS/Thibault Camus

    Emmanuel Macron organise son « mini-Davos » deux jours avant le grand rendez-vous mondial de l'économie en suisse. Le président français a invité plus de 140 dirigeants de multinationales à Versailles pour leur vendre la destination France. « Choose France », « Choisir la France », c'est le nom de ce sommet qui a donné lieu à plusieurs annonces des grands groupes.

    Pour ce rendez-vous des grands patrons internationaux, l'Elysée n'a pas lésiné sur les moyens. Dans la journée, rencontre avec une quinzaine de ministres et le soir, sous les ors du château un dîner avec Emmanuel Macron. Des symboles destinés à séduire encore et toujours les investisseurs.

    Tout cela à huis clos loin de la presse. Selon l'Elysée, il ne s'agit pas d'éviter les questions, mais de favoriser les tête-à-tête entre les membres du gouvernement et les patrons.

    Plusieurs ont fait des annonces. Le matin, le constructeur automobile Toyota a promis 400 millions d'euros d'investissements et la création de 700 emplois directs dans son site de Valenciennes visité par Emmanuel Macron.

    SAP, fournisseur allemand de logiciels, souhaite investir plus de deux milliards d’euros sur 5 ans en faveur de l’innovation. Le groupe pharmaceutique suisse Novartis lui promet 900 millions d'euros pour la recherche clinique et son usine française.

    Alors que la France se veut un champion en la matière, Google et Facebook ont annoncé chacun la création de leur centre de recherche en intelligence artificielle ainsi que des formations gratuites au numérique.

    Au gouvernement on assure que tous ces investissements sont synonymes d’emplois futurs. Paris renforce aussi son arsenal juridique pour tirer les bénéfices du Brexit. Il améliore l’offre scolaire internationale et crée de nouvelles chambres commerciales pour juger les contrats en anglais et promet aux financiers exilés du Brexit qu’ils ne seront pas obligés de s’affilier au régime de retraite français pour s’installer à Paris.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.