GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Émeutes au Chili: couvre-feu décrété à Santiago pour la troisième nuit consécutive (officiel)
    • Israël: le président Rivlin va demander à Benny Gantz de former le gouvernement
    • Israël: Netanyahu annonce renoncer à former un gouvernement (page facebook)
    Economie

    Le Brexit dans le brouillard

    media Theresa May continue d'affirmer que son pays se dirige bien vers la sortie de l'UE, mais tout n'est pas si clair. REUTERS/Peter Nicholls

    Alors que la Commission européenne organise lundi 29 janvier à Bruxelles sa première réunion de l'année consacrée au Brexit, le flou le plus total continue de planer sur les futures relations entre l'UE et Londres.

    L'heure tourne et Londres et Bruxelles doivent désormais s'entendre sur une période de transition post-Brexit, avant que des discussions ne puissent commencer, au printemps, sur leur future relation commerciale.

    Theresa May, dont le gouvernement est fragilisé par les remaniements, a beau affirmer que son pays va bien vers la sortie de l'Union, tout n'est pas aussi clair. Des voix discordantes se font entendre au sein même de l'exécutif. Mais la chef du gouvernement britannique ne peut pas prendre le risque politique de se dédire. Pendant ce temps, les idées du camp adverse se renforcent. Les milieux d'affaires accentuent la pression pour prôner la sortie la plus douce possible de l'UE.

    A Bruxelles, où l'on a bien saisi le malaise, on tend une perche. Donald Tusk le président du Conseil européen a malicieusement glissé la semaine dernière qu'en cas de regret, Londres pouvait toujours changer d'avis sur le Brexit. Une idée qui fait doucement son chemin dans les rangs des parlementaires, renforçant les opposants au Brexit.

    Mais l'idée infuse aussi dans l'opinion. D'après un récent sondage, 46 % des Britanniques interrogés jugent la décision de quitter l'Union européenne « mauvaise », contre 42 % à la trouver « bonne ». Rendant l'équation politique est de plus en plus complexe pour Theresa May.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.