GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
Aujourd'hui
Mercredi 22 Août
Jeudi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Cryptomonnaie: la plateforme japonaise Coincheck victime d'un vol record

    media Le PDG de Coincheck, Koichiro Wada (G) lors d'une conférence le presse le 26 janvier 2018. JIJI PRESS / AFP

    Coincheck doit « améliorer ses activités » et notamment la « protection des clients. » Le gouvernement japonais tape du poing sur la table après le vol massif dont ont été victimes les utilisateurs de cette plateforme, en fin de semaine dernière. Une plateforme de monnaies virtuelles, de plus en plus utilisées par les Japonais. Mais une monnaie virtuelle peut aussi être volée, très concrètement.

    C'est le casse du siècle : près de 430 millions d'euros de nem ont été volés au Japon. Le nem, c'est une monnaie virtuelle créée par la plateforme japonaise Coincheck.

    Comme le bitcoin, plus connu, cette cryptomonnaie est utilisée par des particuliers ou par des entreprises. Au Japon, l'usage des monnaies virtuelles est légal depuis le printemps dernier. Les opérateurs sont soumis à des exigences de transparence et de solidité financière, qui ont contribué à leur popularité.

    Vendredi dernier pourtant, l'entreprise Coincheck, qui a mis le nem sur le marché, a dû stopper l'utilisation de cette monnaie virtuelle suite à des « accès non autorisés » : en clair, le braquage électronique de 260 000 clients, pour un montant record de 430 millions d'euros. Ce n'est pas le premier vol de monnaie virtuelle au Japon, mais c'est le plus important.

    Coincheck s'est donc engagé à rembourser ses clients, sans préciser dans quel type de devise. La société devra aussi déterminer ce qui a rendu ce vol massif possible, et mettre en place de nouvelles mesures de protection. Une « injonction » des autorités japonaises qui arrive un peu tard.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.