GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Aujourd'hui
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    France: inquiétude de la filière bœuf face aux négociations du Mercosur

    media Manifestation des agriculteurs, le 29 janvier 2018 à Bruxelles, où se tiennent les négociations pour un accord UE/Mercosur. REUTERS/Francois Lenoir

    Le Mercosur, l'accord commercial entre l'Union européenne et le marché commun sud-américain, est en pleine négociation en ce moment à Bruxelles. Les éleveurs français craignent à terme l'arrivée sur le marché européen de milliers de tonnes de viande bovine originaire des pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay).

    Pour accélérer la négociation et parvenir à la signature d'un accord, l'Union européenne pourrait augmenter les importations de viande de bœuf. Jusqu'à 99 000 tonnes annuelles contre 70 000 tonnes prévues initialement selon certaines sources.

    En contrepartie, Bruxelles espère augmenter les exportations européennes de produits laitiers, de vin, de voitures et permettre aux sociétés de l'Union européenne d'accéder aux appels d'offres publics des pays sud-américains. Des concessions qui inquiètent les éleveurs bovins français.

    « Nous allons recevoir des filets, des entrecôtes qui vont venir directement concurrencer les productions européennes et françaises produites dans des conditions qui ne sont absolument pas comparables avec celles que nous avons en Europe, sur le plan du bien-être animal, avec l’usage de substances totalement interdites en Europe, des hormones antibiotiques et avec une absence de traçabilité. On ne peut pas d’un côté, dans le cadre des états généraux de l’alimentation prôner la souveraineté alimentaire saine et durable et de l’autre côté accepter de la viande issue de productions qui ne respectent en rien tous les critères qui nous sont imposés en Europe », souligne Dominique Langlois, président de l'Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes.

    L'inquiétude est d'autant plus grande qu'Emmanuel Macron souhaite boucler cet accord au plus tard d'ici la fin mars avant le début de la campagne présidentielle au Brésil.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.