GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Aujourd'hui
Lundi 20 Août
Mardi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Lait contaminé: le PDG de Lactalis en dit plus sur l'origine de la contamination

    media Les analyses de l'Institut Pasteur accréditent l'idée que cette bactérie a subsisté pendant toutes ces années dans cette usine de Craon (Mayenne), rachetée par Lactalis à son concurrent Celia en 2006. REUTERS/Stephane Mahe

    Une interview donnée au journal « Les Echos » du PDG de Lactalis, Emmanuel Besnier, offre un nouveau rebondissement dans la crise du lait infantile contaminé. Il laisse entendre que des bébés ont pu consommer du lait contaminé depuis 12 ans. Il explique au quotidien que cette crise coûtera très cher à son entreprise.

    Emmanuel Besnier, le PDG de Lactalis, a donné une interview aux Echos ce jeudi 1er février. Il n’exclut pas que des bébés aient consommé du lait contaminé entre 2005 et 2017. Selon lui, la salmonelle découverte récemment dans une tour de séchage de l'usine Lactalis de Craon est la même que celle de 2005. A cette époque, le site appartenait à la société Celia, et 146 bébés avaient été infectés en France.

    Bactérie restée confinée

    La société a été rachetée un an plus tard par Lactalis. Et malgré les mesures prises au moment de la découverte, la bactérie est restée confinée dans la tour de séchage et a été libérée après les travaux début 2017.

    Fermer la tour de séchage responsable

    Le patron de Lactalis s'en prend ensuite à un laboratoire privé qui a fait 16 000 analyses l’an dernier sans rien trouver. Emmanuel Besnier s’engage désormais à sécuriser les tests par le recours à un deuxième laboratoire et surtout à fermer définitivement la tour de séchage responsable. Cette crise va laisser des traces. Emmanuel Besnier chiffre à plusieurs centaines de millions d'euros les pertes sans compter l'impact sur l'image du groupe.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.