GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Colombie: le parti FARC suspend sa campagne électorale faute de sécurité

    media Pablo Catatumbo, membre du parti FARC, pendant une conférence de presse, ce vendredi 9 février 2018, à Bogota. REUTERS/Jaime Saldarriaga

    En Colombie, la campagne électorale pour les élections législatives et présidentielle se tient dans un contexte de plus en plus tendue. Ce vendredi, la FARC, la Force alternative révolutionnaire commune, parti issu de l'ex-guérilla, a annoncé qu'elle suspendait sa campagne, faute de garanties pour la sécurité de ses candidats.

    Pour Rodrigo Lodoño les premiers déplacements dans le cadre de la campagne électorale ont été difficiles. A plusieurs reprises, il a été accueilli par une foule en colère, des sifflements, et même des pierres. Car cette population qui scande le mot « assassin » lors de ses apparitions en public ne voit en ce candidat à la présidence personne d'autre que Timochenko, le chef de la guérilla des FARC.

    C'est en effet ce qu'était Rodrigo Lodoño jusqu'à la signature de l'accord de paix. Depuis, les anciens guérilléros sont autorisés à faire leur entrée en politique. Mais en Colombie, cette conversion n'est pas du goût de tout le monde.

    La FARC accuse les opposants de l'accord de paix, avec à leur tête l'ancien président Alvaro Uribe et son parti Centre démocratique, d'appeler la population à la violence contre les ex-guérilléros devenus candidats aux élections. C'est pourquoi le parti réclame des garanties de la part du gouvernement, et notamment des poursuites en justice contre les instigateurs des attaques.

    En raison des menaces qui pèsent sur eux, les candidats de la FARC ont dû annuler plusieurs de leurs déplacements. Dans ces conditions la tenue d'une campagne libre et juste n’est pas possible, estime le parti.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.