GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Airbus espère en avoir bientôt terminé de ses déboires avec l'A400M

    media L'A400M ici lors d'un de ses premiers vols à l'ouverture du salon du Bourget ce 15 juin 2015, a posé bien des difficultés à Airbus. REUTERS/Pascal Rossignol

    Au chapitre économique, Airbus est au sommet ! Le constructeur européen a presque triplé son bénéfice net en 2017. L'avionneur aurait pu mieux faire, s'il n'avait pas dû encore mettre de côté 1,3 milliards d’euros en 2017 pour faire face aux difficultés de l'A400M. Airbus se veut toutefois rassurant quant à l'avenir de l'avion-cargo militaire européen dont 174 exemplaires ont été commandés à ce jour.

    Ses résultats sont excellents dans le secteur civil, mais l’avionneur européen peut encore mieux faire dans le domaine militaire. Airbus espère enfin voir le bout du tunnel avec l'A400M après 10 années de  développement  chaotique. « Le pire est derrière nous » affirme le président exécutif d'Airbus Tom Enders.

    A ce stade le groupe a dû provisionner plus de 8 milliards d'Euros pour l'A400M depuis le début de la vie de l’avion, réduisant fortement la rentabilité de cet appareil qui n'en n'est toutefois qu'à ces débuts, car les programmes militaires s’étalent généralement sur plusieurs décennies.

    Le montant du programme a dépassé les 30 milliards d'euros contre 20 milliards prévus initialement, mais au début du mois Airbus et ses clients européens se sont mis d'accord pour remettre à plat le contrat avec un nouveau calendrier de livraison et une feuille de route sur les capacités de l'avion, afin de sortir de la spirale infernale des pénalités imposées par les clients mécontents.

    Cette « feuille de route clarifiée », permettra selon les responsables d'Airbus « de réduire les risques résiduels du programme ». Si l'A400M n'est toujours sorti de ses difficultés, il reste à ce stade un avion unique au monde, et pourrait à terme s'imposer sur le marché, à conditions de faire vivre la chaine d'assemblage suffisamment longtemps, et de remporter des marchés à l'exportation. Des clients au Moyen-Orient et en Asie aurait déjà fait part de leur intérêt pour l'appareil européen.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.