GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Assurance-chômage: syndicats et patronat ne parviennent pas à un accord

    media Pole Emploi REUTERS/Charles Platiau

    En France, syndicats et patronat ont fixé une séance de négociation supplémentaire pour résoudre le casse-tête des contrats courts, condition préalable à tout accord sur l'assurance-chômage. Négociateurs syndicaux et patronaux se sont donné rendez-vous le 22 février. Ils s'accordent une dernière chance, après une réunion censée être conclusive, qui s'est finalement avérée infructueuse, ce jeudi 15 février.

    « C'est un report de l'échec des négociations », a réagi la CGT à l'issue de cette journée du 15 février. Syndicats et patronat butent toujours sur la question d'un malus imposé aux entreprises qui abusent des contrats courts. Une menace brandie par le gouvernement si le patronat ne trouvait pas de solutions pour lutter contre la précarité de l'emploi.

    Les syndicats sont en faveur de telles sanctions. Le patronat s'y oppose fermement. Le nombre de contrats précaires a explosé ces vingt dernières années. De plus, ils coûtent cher à l'Unedic, l'organisme qui gère l'assurance-chômage, déjà plombé par un déficit de 30 milliards d'euros.

    Indemnités pour les démissionnaires

    Autre point de discorde : l'ouverture de droits aux indemnités des démissionnaires. Le patronat est d'accord sous conditions, si l'intéressé a un certain niveau d'étude ou un projet professionnel valable, par exemple. Mais les syndicats, eux, veulent que tous les démissionnaires bénéficient des mêmes droits.

    Autre problème : ce dispositif coûterait entre 140 et 680 millions d'euros par an, selon l'Unedic. Pour l'heure, le patronat ne propose qu'une enveloppe de 150 millions d'euros. Insuffisante, pour les syndicats.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.