GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Juin
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Aujourd'hui
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Réforme de l'assurance-chômage: un accord trouvé dans la douleur

    media La ministre du Travail Muriel Pénicaud au Parlement. Reuters/Charles Platiau

    Après trois mois d'âpres négociations, syndicats et patronat sont parvenus jeudi 22 février au soir à un accord sur la réforme de l'assurance-chômage qui s'engage notamment à limiter le recours aux contrats courts. Les syndicats ont toutefois subordonné leur éventuelle signature à un engagement ferme du gouvernement à respecter le texte dans son intégralité. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a en effet « jeté un froid » sur les négociations, selon Eric Courpotin, le négociateur CFTC : alors que les partenaires sociaux venaient de boucler un premier accord sur la formation professionnelle, la ministre annonçait déjà qu'il ne serait pas repris dans sa totalité.

    C'était la séance de la dernière chance pour les partenaires sociaux sous pression du gouvernement. Celui-ci menaçait d'imposer ses règles en cas d'échec des négociations. L'accord obtenu ouvre ainsi les droits de l'assurance-chômage à tous les salariés qui démissionnent en vue d'une reconversion professionnelle. Seule condition, ils devront avoir cotisé sept ans au titre des derniers emplois occupés pour bénéficier de ce dispositif.

    Le texte oblige surtout les branches à ouvrir des négociations sur l'épineux dossier des contrats courts pour lutter contre la précarité au travail, un sujet prioritaire aux yeux du gouvernement. Le nombre de contrats de moins d'un mois a en effet triplé au cours des vingt dernières années.

    Mercredi, le patronat avait fait un pas en acceptant d'imposer à toutes les branches de négocier sur la précarité, et non plus aux quatre secteurs les plus gourmands en contrats courts comme l'intérim ou l'hébergement-restauration. Ces négociations devront se terminer au plus tard le 31 décembre prochain. Et si le gouvernement juge les propositions des partenaires sociaux « insuffisantes », il pourra imposer son système de bonus-malus. L'accord le stipule noir sur blanc.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.