GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: Abdelkader Merah reconnu coupable de «complicité» et condamné à 30 ans de réclusion criminelle
    • Libye: les accusations de soutien de la France au maréchal Haftar sont «infondées» (diplomatie française)
    • Libye: le ministère de l'Intérieur accuse Paris de soutenir le maréchal Haftar
    Economie

    Economie: l'agence Standard & Poor's relève la note de la Russie

    media Le siège de l'agence Standard & Poor's à New York, le 18 septembre 2012. EMMANUEL DUNAND / AFP

    Le ministre russe des Finances Anton Silouanov s'est déclaré satisfait du relèvement de la notation de la Russie par l'agence Standard & Poor's. Il espère que cela va inciter les investisseurs à s'intéresser davantage à son pays, tant dans le secteur public que dans les entreprises privées.

    Jusqu'à présent mal notée par Standard et Poor’s et placée en catégorie spéculative, donc à risque, la Russie peut désormais intéresser des investisseurs moins aventureux. Elle était considérée comme un pays à risque moyen par Standard & Poor’s en raison de la politique budgétaire qualifiée de prudente par l'agence de notation. Cette prudence a permis à la Russie de surmonter la chute du prix des matières premières et les sanctions internationales.

    L'agence relève que l'approche de l'élection présidentielle n'a pas conduit le gouvernement à augmenter pour autant la dépense publique.

    La croissance devrait atteindre 1,8% cette année et le déficit public être contenu autour de 2% du PIB, contre 4,5% en 2016. Toutefois, Standard & Poor’s juge qu'il est difficile de prévoir si les Etats-Unis vont, oui ou non, aggraver les sanctions contre la Russie.

    Une décision qui dépend à la fois de l'attitude du gouvernement russe en matière de politique étrangère et de la situation intérieure aux Etats-Unis, et sur cela, l'agence de notation se refuse à jouer les devins.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.