GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Les pays d'Afrique en proie au jihadisme à la reconquête des touristes perdus

    media Mopti, la Venise du Mali, à la confluence du fleuve Niger et de son affluent le Bani, est le point de départ des excursions vers le pays dogon. Taguelmoust/wikimedia.org

    Difficile quand on est un pays frappé par le terrorisme de convaincre les touristes de venir musarder dans les campagnes. Pourtant, des pays comme le Mali ou le Cameroun sont bel et bien présents au Salon mondial du tourisme qui ferme ses portes dimanche soir à Paris avec l'objectif de convaincre les touristes que des zones entières de leurs pays restent parfaitement accessibles aux voyageurs étrangers.

    Djenné, Tombouctou Mopti, au Mali, les villes de légendes et les destinations de rêve sont devenues inaccessibles aux touristes, car situées dans les zones exposées aux attaques armées. Pour autant, le sud du pays est sûr.

    Et Fatoumata Koné qui représente le tour opérateur malien Fadi's Travel veut croire qu'il y a un intérêt touristique à visiter Koulikoro ou Ségou : « C’est une terre historique, une terre de culture. Il y a des musées touristiques, il y a le musée national que l’on peut visiter. »

    Le Cameroun a lui aussi du mal à convaincre les touristes et pourtant comme le dit Daniel Nganhoul « c’est toute l’Afrique en un seul pays ».

    Ce responsable du ministère du Tourisme reconnaît que le secteur est en crise. Avant les attaques de Boko Haram dans le nord du pays, un million de touristes visitaient le pays chaque année. Le chiffre tourne aujourd'hui autour de 700 000. Il a fallu promouvoir des offres alternatives, comme l'écotourisme, mais aussi de nouvelles destinations.

    « Nous avons un projet qui a été soutenu par la Banque mondiale : la Route des chefferies. Il y a un certain nombre de musées qui ont été construits dans ces chefferies-là qui valorisent ce produit spécifique au Cameroun », ajoute Daniel Nganhoul.

    Combattre une mauvaise réputation n'est pas facile et nécessite des investissements. Ainsi la Tunisie a lancé une vaste opération de charme dans les salons touristiques d'Europe et d'Asie afin de diversifier ses sources et donc de multiplier ses chances.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.