GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Juillet
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Au sommet de l’Asean, la crise des Rohingyas reste un sujet délicat

    media La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi a été écoutée ce dimanche 18 mars sur la crise des Rohingyas lors du sommet de l'Asean à Sydney. Mark Metcalfe/Pool via REUTERS

    Ce dimanche 18 mars s'est achevé le sommet spécial de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean) en Australie. Le pays ne fait pas partie de cette association de 10 pays, mais Canberra s'efforce de renforcer ses liens politiques et commerciaux dans la région dans un contexte d'influence grandissante de la Chine. Au menu du sommet, la crise nucléaire en Corée du Nord, mais aussi le sort réservé aux Rohingyas.

    La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi a demandé à ses partenaires de l'Asean de l'aide humanitaire. Mais elle est partie sans avoir obtenu des engagements concrets. En fait, la tradition veut que l'Association des nations d'Asie du Sud-Est ne s'immisce pas dans les affaires intérieures de ses Etats membres.

    Mais cela n'a pas empêché le Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong, qui préside l'Asean cette année, d'exprimer sa préoccupation au sujet de la crise humanitaire qui touche les Rohingyas. La persécution de cette minorité musulmane qui a dû fuir les violences de l'Etat de Rakhine, en Birmanie, n'est plus une affaire intérieure, a-t-il déclaré. Selon le chef du gouvernement singapourien, elle menace à présent la sécurité dans la région.

    Mais le sujet reste délicat pour l'Asean, et c'est pour cela qu'il ne figure pas dans la déclaration commune.

    Une déclaration dans laquelle les 10 Etats de l'organisation asiatique et l'Australie défendent le libre accès à la  mer de Chine méridionale, une région stratégique très disputée. L'Asean a également décidé de combattre plus efficacement les organisations terroristes par un meilleur partage des renseignements notamment.

    (Re) lire : L’Asean, 50 ans et une «conscience régionale» davantage qu’une identité

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.