GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le G20 Finances dominé par la crainte d'une guerre commerciale

    media Déclaration du président argentin Mauricio Macri lors du G20 Finances à Buenos Aires, le 20 mars 2018. Argentine Presidency/Handout via REUTERS

    Le G20 Finances a fermé ses portes ce mardi 20 mars au soir à Buenos Aires. Cette réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des Banques centrales du groupe des 20 puissances mondiales, que préside cette année l'Argentine, a été dominée par les risques de guerre commerciale, suite à la décision américaine d'imposer des droits de douane aux importations d'acier et d'aluminium.

    Avec AFP et notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    Le communiqué final du G20 Finances parle du commerce international moteur de la croissance, comme le voulaient ceux qui s'inquiètent du protectionnisme des États-Unis.

    Mais en conférence de presse, Steven Mnunchin, le secrétaire américain au Trésor, a récusé ce terme, affirmant que son pays était seulement favorable à des échanges « équilibrés et profitables pour tous ».

    Peu après, Bruno Le Maire a exigé une exemption « sans condition ». « Soyons clairs. Il ne peut pas y avoir de conditions (posées par les Etats-Unis à une exemption de la taxe sur l'acier et l'aluminium). Nous expliquons seulement à nos amis américains que la décision qu'ils veulent prendre n'est pas appropriée », a affirmé le ministre français des Finances lors d'une conférence de presse.

    Cryptomonnaies et taxation du numérique

    Les autres questions étaient moins conflictuelles. Comme prévu, les Européens n'ont pas été suivis sur la taxation du numérique. Ils avanceront seuls, sur la base de la proposition que doit présenter la Commission ce mercredi.

    Comme prévu aussi, il y a eu consensus sur la nécessité de réguler les cryptomonnaies, afin d'éviter qu'elles facilitent le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

    Enfin, le G20 continuera à travailler sur le financement des infrastructures, sujet cher à la présidence argentine, qui peut se féliciter d'avoir mené à bien une réunion ouverte sous de très mauvais auspices.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.