GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Aujourd'hui
Mercredi 25 Avril
Jeudi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Cloé, la coiffe intelligente pour lutter contre les contrefaçons des champagnes

    media Grâce à la coiffe intelligente, la traçabilité de la bouteille est assurée. Service de presse du SGV

    En Champagne, la filière viticole se porte bien. 307,3 millions de bouteilles ont été expédiées en 2017, soit 0,4% de plus qu'en 2016 pour un chiffre d'affaires de près de 5 milliards d'euros. Ces résultats records sont tirés notamment par les exportations. Si les principaux marchés des champagnes sont le Royaume-Uni, les États-Unis et le Japon, les cas de contrefaçon ne sont pas rares. Certaines marques ont trouvé leurs solutions pour tracer et identifier leurs produits et les vignerons indépendants auront, eux aussi, désormais un outil à leur disposition.

    À première vue, rien ne la distingue d'une coiffe ordinaire. Cette capsule en aluminium plastifié ou en étain qui recouvre le bouchon retenu, lui, par un muselet. Mais en y regardant de plus près... on découvre sur la coiffe un hologramme doté d'un QR code. Voici Cloé, la coiffe intelligente, fruit de six années de recherches en collaboration avec Advanced Track and Trace (ATT). Malgré son nom anglais, ATT est une société française spécialisée dans la protection des marques. Parmi ses fabricants, on retrouve Seticap, une société française passée sous le pavillon espagnol.

    En janvier 2018, l'entreprise auboise a été rachetée par la multinationale espagnole Ramondin, spécialiste de la fabrication de capsules à haute valeur ajoutée dans le secteur du vin, des champagnes et des liqueurs. Quant à l’autre fabricant de Cloé, il s’agit de Vipalux, l’entreprise familiale située au cœur du vignoble champenois.

    Le hologramme et le QR code sur le devant de la coiffe de champagne. Service de presse du SGV

    Les récoltants indépendants confrontés eux aussi à la contrefaçon

    Si les grandes maisons de champagne vendent l’écrasante majorité de leurs bouteilles à l’étranger, les vignerons indépendants vendent 87% de leur production en France. Mais avec la valorisation de leurs cuvées et la mondialisation des marchés, les récoltants indépendants se trouvent, eux aussi, confrontés au fléau de la contrefaçon. Sur un total de 15 800 exploitants produisant du raisin en Champagne, environ 5 000 vignerons et coopératives produisent et commercialisent leurs vins.

    « En tant que syndicat, nous représentons des petits producteurs de champagne, explique Catherine Chamourin, chargée d'études et de projet au sein du Syndicat général des vignerons de Champagne (SGV). Les moyens techniques pour la protection des produits contre la fraude, les vols et les contrefaçons sont très coûteux. L’enjeu était de mettre à la disposition de ces vignerons un outil efficace et qui existe déjà, dont ils pourront se servir. »

    Les vignerons peuvent, en effet, acheter des coiffes intelligentes pour leurs bouteilles depuis fin 2017. Le syndicat n’a pas voulu communiquer le nombre de producteurs intéressés par cette dernière invention, mais Catherine Chamourin assure que l’intérêt est « grandissant ». Le coût de Cloé : 0,03€ par coiffe. Sa version premium devrait toutefois coûter un peu plus cher. Dotée de codes d’authentification supplémentaires cachés à l’intérieur de la coiffe, elle permet de communiquer de manière interactive avec le client avec encore plus d’informations personnalisées à la clef.

    Le QR code contient toutes les informations utiles pour suivre la bouteille. Service de presse du SGV

    La traçabilité des bouteilles de champagne assurée

    Mais comment ça marche ? Grâce à son hologramme infalsifiable (comme celui que l’on retrouve sur les billets de banque ou les passeports) et un QR code unitaire doté d’un « Seal Vector », la coiffe apporte une garantie à son acheteur que la bouteille n’est pas une contrefaçon, qu’elle n’est pas volée ni issue de la fraude. Le code unique permet l’identification de chaque bouteille.

    Le producteur, quant à lui, est équipé d’un logiciel de traçabilité ID Pack-Line développé par ATT. Grâce à ce logiciel, le vigneron dispose d’un ensemble d’informations pour suivre ses marchés. « Il est alerté si son champagne se retrouve sur un marché parallèle auquel il n’a pas été destiné », rappelle Catherine Chamourin. Ces « marchés parallèles » ou « marchés gris », c’est le fléau notamment pour les produits de luxe ou les médicaments dans certains pays. Mais le vigneron a aussi une possibilité d’équiper son QR d’un ensemble d’informations sur son vignoble ou sur la composition de sa cuvée, des informations de plus en plus recherchées par les consommateurs avertis.

    En cas de vol (de coiffes ou de bouteilles), le numéro est « blacklisté » ce qui permet une identification des bouteilles volées. En cas de flash du QR code par les agents de contrôle ou par un consommateur d’une bouteille volée, une alerte se déclenche auprès du vigneron ou du syndicat. La base de données qui relie le fabricant des coiffes, le Syndicat général des vignerons de Champagne et le vigneron est conjointement gérée par le syndicat et ATT, qui assurent ensemble le suivi des données. Les informations ainsi collectées sont conservées pendant trente ans.

    Différents type de coiffes avec un hologramme et le QR. Service de presse du SGV

    Cloé au service des douanes françaises

    La démarche du SGV ne s’arrête pas là. Une lettre d'intention vient d'être signée avec les douanes françaises, afin d'intégrer la coiffe intelligente dans leur dispositif de contrôle. La capsule représentative de droit (CDR) ornée du sceau de Marianne indique aux autorités de contrôle que les droits de circulation sur les vins et les alcools dus à l’État français pour les ventes en France et à l’étranger ont été acquittés auprès de la direction générale des douanes et droits indirects.

    Mais pourquoi ne pas aller au-delà du cadre fiscal ? se demande le Syndicat général des vignerons de Champagne. Le SGV et les douanes ont décidé de mettre en place une coiffe numérique « représentative de droit », afin de doter les administrations des douanes d’un dispositif de contrôle plus rigoureux.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.