GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: un rapport d'élus réclame plus de contrôle des investissements étrangers

    media Alstom et Siemens ont officialisé mardi 26 septembre 2017 la signature d'un protocole d'accord en vue de la fusion de leurs activités ferroviaires. REUTERS/Staff/Files

    Après six mois d'investigation, la commission d'enquête parlementaire sur la politique industrielle de la France a publié son rapport, ce jeudi 19 avril. Elle a investigué sur les cas d’Alstom, d’Alcatel et de STX, trois entreprises ayant fusionné avec des concurrents étrangers.

    Pour le président de la commission, le député Les Républicains Olivier Marleix,  l'Etat n'a pas préservé les intérêts nationaux en autorisant la vente d’Alstom Energie à General Electric. Il estime qu'il a été aussi moins exigeant lors d'un autre mariage entre des groupes égaux : la branche transport d'Alstom et l’allemand Siemens.

    « A chaque fois ce sont les mêmes tartes à la crème qu'on nous ressort, dénonce-t-il. C'est le mariage entre égaux, c'est l'Airbus du ceci, l'Airbus du cela. Dans la réalité, le mariage entre égaux quelques années après, ça se termine par une entreprise qui en a racheté une autre. Tout ça n'est pas forcément dans l'intérêt ni des salariés ni de la préservation de nos savoir-faire industriels. »

    Autre diagnostic du rapporteur de la commission : le député de La République en marche Guillaume Kasbarian estime qu'Alstom ne pouvait faire face seul aux bouleversements du marché de l'énergie.

    « L'offre de General Electric était intéressante pour Alstom, elle faisait sens sur le plan industriel et elle était in fine la seule qui a pu aboutir, rappelle-t-il. Je crois qu'à l'époque le ministre n'a pas ménagé ses efforts pour trouver des alternatives. Alors certes on peut faire l'hypothèse que s'il y avait eu plus de temps, peut-être que les choses auraient été différentes. Ou pas. »

    Des avis qui divergent sur la politique industrielle du passé, mais les mêmes propositions pour l'avenir. La commission en valide 50 pour améliorer le contrôle des investissements étrangers en France.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.