GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Aujourd'hui
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    La justice belge se penche sur les règles de propriété des joueurs

    media A l'heure actuelle, seuls les clubs ont donc droit de propriété sur un joueur. REUTERS/Maxim Shemetov

    Une nouvelle révolution peut-être sur le marché des joueurs de football. Un tribunal belge se penche ce jeudi 24 mai sur un sujet épineux : la TPO, tierce propriété des joueurs (en anglais « third party ownership »). Les professionnels pourraient bientôt appartenir, non plus seulement à leur club, mais aussi à d'autres investisseurs, entreprises ou agents. La décision de la cour d'appel de Bruxelles pourrait bouleverser le marché des transferts.

    Au tout début de l'affaire, il y a le club de Seraing dans la banlieue de Liège, en troisième division belge. Il signe en 2015 un contrat avec un fonds d'investissement qui achète des parts de joueurs pour se rémunérer sur les futurs transferts.

    Inacceptable pour la Fifa, la fédération internationale, et pour la Fifpro, le syndicat des joueurs, qui refusent qu'ils deviennent des produits financiers. Au nom des valeurs éthiques, les régulateurs du foot mondial gagnent d'ailleurs un premier procès devant la justice suisse. La tierce propriété des joueurs est interdite. Le petit club rebelle est même sanctionné d'une amende.

    Mais ses dirigeants ne baissent pas les bras et relancent la croisade contre le monopole des clubs sur les transferts, contre l'omnipotence de la Fifa qui favoriserait ses propres intérêts économiques.

    L'indépendance du tribunal arbitral du sport est même remise en cause par l'avocat de Seraing, maître Dupont. Il y a 23 ans, il avait déjà défendu un joueur anonyme devenu célèbre, Jean-Marc Bosman. Leur combat avait permis la libre circulation des joueurs en Europe, la fin des quotas par nationalité.

    Soutenu par les ligues de football espagnole et portugaise, l'avocat espère aujourd'hui une sorte d'arrêt Bosman bis, qui chamboulerait à nouveau le marché des transferts et pourrait même casser les codes du fair-play financier.

    (Re) lire : Foot: de plus en plus d'argent concentré dans quelques mains

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.