GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Zuckerberg à Paris, l'occasion pour Macron de revenir sur la fiscalité des Gafa

    media Emmanuel Macron recevra ce mercredi 23 mai Mark Zuckerberg (Facebook) et les chefs d'autres grandes entreprises technologiques. REUTERS/Leah Millis/File Photo

    L'emblématique patron de Facebook, Mark Zuckerberg, est en visite à Paris, ce mercredi 23 mai. Après son audition sur les failles de son réseau social, ce mardi après-midi au Parlement européen à Bruxelles, il est reçu à l'Elysée par le président Macron pour la « Tech for Good », une réunion à laquelle le président français a convié tous les grands patrons de la Silicon Valley. Jeudi, Mark Zuckerberg se rendra au salon technologique Viva Tech à la porte de Versailles, évènement qui rassemble le monde des start-up. Cette visite en France est l'occasion pour le président Macron de réaffirmer sa position sur la fiscalité des Gafa.

    « Mieux taxer les géants du numérique », c'est la bataille qu'Emmanuel Macron aimerait remporter sur la scène européenne.  Il souhaite instaurer une nouvelle fiscalité pour les Gafa, (Google, Apple, Facebook et Amazon) tant décriés pour leur manque de contribution à l'imposition, en Europe. Actuellement les géants du net paient environ 9% d'impôt contre 23% pour les autres entreprises.

    La proposition portée par la France prévoit une taxe de 3% sur les revenus, et non sur les bénéfices, pour les groupes dont les revenus à l'intérieur de l'Union européenne dépassent 50 millions d'euros. La mesure pourrait rapporter  5 milliards d'euros par an, et découragerait le dumping fiscal entre les pays membres.

    Mais Emmanuel Macron se heurte à la résistance de ses partenaires européens. Malte et la République tchèque s'y opposent fermement, tout comme l'Irlande où se trouve le siège de Facebook, et le Luxembourg celui d'Amazon or en matière fiscale les décisions requièrent l'unanimité.

    Il est probable que le président français redira à Mark Zuckerberg la nécessité de s'acquitter d'une taxe en Europe, mais tant que les ministres européens des Finances resteront au stade des discussions, les patrons des Gafa auront encore de beaux jours devant eux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.