GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Aujourd'hui
Lundi 20 Août
Mardi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Taxes commerciales: au G7 Finances, les Etats-Unis sous le feu des critiques

    media Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin (à dr.) a justifié la position de son pays lors d'une conférence de presse à la fin du sommet G7 Finances à Whistler, au Canada, le 2 juin 2018. REUTERS/BEN NELMS

    Les ministres des Finances du G7 ont terminé leur rencontre en Colombie-Britannique, au Canada, samedi 2 juin, sur fond de guerre commerciale entre les États-Unis et les autres participants. Au point que plusieurs ont évoqué un sommet 6 + 1. La question des tarifs douaniers imposés par Donald Trump sur l’acier et l’aluminium a occupé en effet une partie des discussions, ainsi que la réplique commerciale canadienne.

    Réunis à Whistler, dans les montagnes de Colombie-Britannique, les ministres des Finances de six pays du G7 ont dénoncé tour à tour l’attitude très protectionniste de l’administration Trump dans le controversé dossier de l’aluminium et de l’acier.

    « Selon nous, les Américains ont pris des mesures commerciales qui n’ont rien de constructives. Elles sont plutôt destructives si l’on parle des tarifs imposés sur l’acier et l’aluminium », a lancé Bill Morneau, le ministre canadien des Finances.

    En théorie, la rencontre de trois jours devait traiter de l’égalité entre les sexes et des progrès de la classe moyenne, rappelle notre correspondante à Montréal, Pascale Guéricolas. Mais dans le contexte commercial actuel tendu avec la Maison Blanche, les ministres en ont plutôt profité pour partager leurs frustrations face au partenaire américain.

    « Nous avons fait part de nos profondes inquiétudes et nous allons œuvrer ensemble pour améliorer la situation, a expliqué Bill Morneau. Des rencontres auront lieu très bientôt. Nous espérons que cette réunion permettra de faire avancer la négociation pour le bien de tous. »

    Les Etats-Unis maintiennent leur position

    Mais face aux inquiétudes et aux critiques de ses homologues, le secrétaire américain au Trésor a quant à lui justifié la position de son pays lors d'une conférence de presse. « Je ne crois pas que les États-Unis soient en train d’abandonner leur leadership économique à l’échelle mondiale, s’est défendu Steven Mnuchin. Au contraire, je pense que nous avons fait de gros efforts de réforme fiscale aux États-Unis, et cela a eu un effet incroyable sur l’économie américaine. »

    « Je crois en notre leadership économique – qui est d’ailleurs l’un des objectifs prioritaires du président Trump, a poursuivi le responsable américain. Et notre sécurité n’est pas bonne uniquement pour les États-Unis, elle l’est également pour la croissance mondiale. L’accélération de la croissance nous conforte davantage encore dans l’idée que nous devons nous occuper de ces problèmes commerciaux. »

    Un « G6+1 » ?

    Malgré les critiques, évoquant notamment un « G6+1 » avec six pays d’un côté et les États-Unis de l’autre, le secrétaire au Trésor s’est borné à répéter que les États-Unis croyaient toujours au G7. « Il y a eu un commentaire à ce propos, prétendant qu’il s’agissait d’un G6 + 1. Ce n’en était pas un, c’était un G7, nous croyons au G7, c’est un forum important. Et à titre personnel, j’ai hâte de travailler avec l’ensemble de mes homologues, et je suis sûr que le président Trump a hâte de venir au Canada pour rencontrer les autres dirigeants et évoquer avec eux les importants défis du monde entier. »

    Nul doute en effet que les dirigeants vont discuter de nombreux dossiers internationaux lors de la rencontre du G7 qui débute le 8 juin au Québec, mais celui des taxes américaines risque fort d’être leur priorité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.