GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Février
Jeudi 14 Février
Vendredi 15 Février
Samedi 16 Février
Aujourd'hui
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Premier ministre polonais annule une visite en Israël pour le sommet du groupe de Visegrad (gouvernement)
    • Ukraine: l'Union européenne sanctionne huit Russes pour les incidents en mer d'Azov de novembre 2018 (sources européennes à l'AFP)
    • «Informer est devenu une mission quasi impossible» en Libye, déplore Reporters sans frontières (RSF)
    • Le philosophe Alain Finkielkraut insulté par des «gilets jaunes»: ouverture d'une enquête par le parquet de Paris
    • Syrie: les Kurdes ne doivent pas être sacrifiés, avertit la ministre française des Armées, Florence Parly (Le Parisien)
    • Bangladesh: l'incendie situé dans un bidonville de la ville portuaire de Chittagong fait neuf morts (police)
    Economie

    La France redevient attractive mais les créations d'emploi restent faibles

    media Emmanuel Macron au salon international consacré au numérique, Viva Tech, le 24 mai 2018. Michel Euler/Pool via Reuters

    La France a encore amélioré en 2017 son attractivité aux investissements étrangers. L'étude annuelle effectuée par le cabinet EY met en avant les nouveaux atouts de la France mais relève que ces investissements sont peu créateurs d'emplois dans l'Hexagone.

    Les investissements étrangers ont progressé de 31% en 2017 avec plus de 1 000 projets, après une augmentation en 2016 de 30% et près de 800 projets. C'est le constat établi par l'étude du cabinet EY, publiée ce 11 juin. La France rattrape ainsi une partie de son retard sur le Royaume-Uni et l’Allemagne. D'autant que pour la première fois Paris est jugée par un panel de 500 dirigeants internationaux comme plus attractive que Londres.

    Ces investissements proviennent tout d'abord des Etats-Unis, suivis par l’Allemagne et le Royaume-Uni. La cause de ce regain d'intérêt ? La reprise de la croissance en France et les réformes engagées, très appréciées des décideurs étrangers. Ainsi davantage de sièges sociaux choisissent la France, au détriment du Royaume-Uni, entaché par le Brexit. Des centres de recherche et développement s'implantent également et selon les analystes l'attractivité de la France va encore s'améliorer dans les 3 ans à venir.

    Une ombre au tableau cependant ces investissements étrangers créent au bout du compte peu d'emplois : 25 000 en 2017 contre 50 000 au Royaume-Uni et 30 000 en Allemagne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.