GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Etats-Unis/Chine: la guerre commerciale a commencé

    media Le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping le 9 novembre 2017 à Pékin. Fred DUFOUR / AFP

    Les Etats-Unis et la Chine sont entrés ce vendredi 6 juillet dans une guerre commerciale avec l'entrée en vigueur de taxes douanières réciproques sur des dizaines de milliards de dollars de marchandises, malgré les mises en garde alarmistes et la nervosité des marchés.

    Les nouveaux droits de douane américains sont entrés en vigueur ce vendredi 6 juillet comme l'avait annoncé le président Donald Trump. Ces taxes de 25 % sur 34 milliards de dollars d'importations chinoises frapperont 818 produits dont des voitures, des composants d'avions ou des disques durs d'ordinateurs tout en épargnant des biens populaires comme les téléphones portables ou les télévisions.

    Au total, 50 milliards de dollars d'importations chinoises annuelles seront affectés par les mesures américaines destinées à compenser ce que l'administration Trump considère comme un vol de propriété intellectuelle et de technologies. Le président américain s'est dit prêt à taxer 200 milliards de dollars de biens additionnels si la Chine augmente à nouveau ses tarifs douaniers en réaction. Ces mesures pourraient donc porter à 450 milliards la valeur des produits chinois taxés, soit la grande majorité des importations venues du géant asiatique.

    « Les Etats-Unis ont violé les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et lancé la plus grande guerre commerciale de l'histoire économique à ce jour, a déclaré le ministère chinois du Commerce dans un communiqué. La Chine a promis de ne pas tirer la première, mais pour défendre les intérêts fondamentaux du pays et de sa population, elle est contrainte à une nécessaire riposte. »

    « Si un pays veut augmenter les droits de douane, la Chine répondra pour se défendre, a prévenu de son côté le Premier ministre chinois Li Keqiang. Une guerre commerciale ne profite à personne car elle nuit au commerce libre et au processus multilatéral ».

    Comme le rappelle notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt, le ministère du Commerce avait accusé les Etats-Unis d’avoir « lancé la plus grande guerre commerciale de l’histoire économique qui met en danger la reprise de l’économie mondiale et fera souffrir des entreprises innocentes ». Le ministère compte d’ailleurs défendre ses droits auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

    L'électorat de Trump particulièrement visé

    Sans attendre, les autorités chinoises ont donc donné l’ordre aux douanes d’appliquer une taxe de 25 % sur toute une gamme de produits, en ciblant le secteur agricole, et notamment le soja. Les Etats-Unis sont les plus grand exportateurs mondiaux de cette fève, et la Chine, le plus grand consommateur de la planète, importe chaque année du soja américain pour l’équivalent de 14 milliards de dollars. Toutes sortes de légumes seront également taxées, du chou à la pomme de terre en passant par les noix ou les champignons, mais aussi les fromages américains, le tabac, le whisky et les produits de l’élevage et de la pêche. L’industrie l’automobile est aussi dans le collimateur de Pékin.

    La Chine a choisi de ciblé politiquement ses représailles en privilégiant les biens produits dans les comtés qui ont voté en faveur de Donald Trump en 2016. Plus d’un million d’emplois sont exposés du fait des taxes chinoises dans les régions qui l’ont porté à la Maison Blanche, soit deux fois plus que dans les comtés où Hillary Clinton a recueilli la majorité des suffrages.

    Trump persiste et signe

    La Chambre de commerce américaine a ainsi estimé à environ 75 milliards de dollars le montant des exportations américaines touchées jusqu'à maintenant par les mesures de rétorsion des partenaires commerciaux des Etats-Unis. Elle cite notamment six Etats particulièrement affectés, qui ont tous voté pour Donald Trump : l'Alabama, le Michigan, la Pennsylvanie, la Caroline du Sud, le Texas et le Wisconsin.

    Ces mises en garde laissent pourtant de marbre le président américain, qui a une nouvelle fois balayé les arguments dans un tweet. « L'économie se porte probablement bien mieux que par le passé, avant que nous réglions le problème des accords commerciaux inéquitables passés avec chaque pays, a-t-il estimé. Une majorité de pays est d'accord sur le fait que ceux-ci doivent changer mais personne ne l'a jamais demandé. »

    (Avec agences)

    Guerre commerciale avec les Etats-Unis: la Chine mise sur le soja

    Visé par des tarifs douaniers punitifs, Pékin se dit contraint de riposter et devrait notamment cibler le soja américain, avec une taxe punitive de 25%. La petite graine oléagineuse devient donc une arme fatale qui fera très mal aux agriculteurs américains. Les paysans chinois, eux, espèrent en revanche d'être les grands gagnants de ces tensions commerciales. Pékin leur accorde désormais des subventions pour croître la production intérieure.

    Pékin n’a pas attendu que Washington mette le doigt sur la gâchette pour lancer ce message aux paysans  il faut planter plus de soja. L’objectif est de rendre la Chine moins dépendante des importations américaines, rappelle notre correspondante sur place, Heike Schmidt. A lui seul, le géant asiatique a acheté un tiers de toute la production américaine en 2017.

    Cette année, Miao Huai Fang, agriculteur dans la province du Shandong, participera à la campagne nationale dans le but de changer la donne. « L’Etat accorde maintenant des subventions aux cultivateurs de soja, j’ai donc augmenté ma surface, explique-t-il. C’est à cause de la guerre commerciale que le gouvernement nous encourage à planter plus de soja ».

    Son collègue et voisin Li Bingdong compte lui aussi tirer son épingle du jeu. « Jusqu’à présent, nous n’avions jamais reçu de subventions, rappelle-t-il. Mais maintenant, je touche plus de 5000 euros d’aides. Tant mieux pour nous, on gagnera mieux notre vie. Moi, je souhaite que la Chine mette carrément fin aux importations américaines et que le prix du soja chinois augmente ».

    Cette année, la production du soja chinois devrait croître de 13%. Une mauvaise nouvelle pour les agriculteurs américains qui risquent de perdre leur plus important client. Les commerçants chinois se tournent davantage vers la production chinoise, mais aussi vers d’autres pays producteurs et notamment le Brésil.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.