GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Pots-de-vin présumés en Iran: Total sur le banc des accusés

    media Total est soupçonné d’avoir versé à des intermédiaires 30 millions d’euros à partir d'octobre 2000 après avoir obtenu deux contrats pétrolier et gazier en Iran. REUTERS/Regis Duvignau

    Le groupe français Total comparaît ce jeudi 11 octobre à Paris pour « corruption d'agents publics étrangers ». Le géant français du pétrole est soupçonné d'avoir versé des pots-de-vin pour obtenir des autorités iraniennes des contrats en Iran à la fin des années 1990.

    La justice suspecte Total d’avoir versé à des intermédiaires 30 millions d’euros à partir d'octobre 2000 après avoir obtenu deux contrats pétrolier et gazier en Iran. Des contrats conclus dans les années 1990, sur fond d'embargo américain.

    L’enquête sur cette affaire a commencé en France en 2006, mais 12 ans après, le procès s’annonce flou. Il pourrait même être écourté. La raison : les trois protagonistes qui devaient comparaître sont décédés.

    C'est le cas de l'ancien PDG du géant pétrolier Christophe de Margerie. Deux intermédiaires iraniens poursuivis pour complicité sont quant à eux présumés morts. Seul prévenu restant, le groupe Total ne devrait trouver face à lui que le parquet de Paris.

    L'entreprise, qui a toujours réfuté ces accusations considère que la tenue de ce procès est discutable car elle ne peut pas être condamnée deux fois. Le groupe a en effet déjà accepté une transaction aux Etats-Unis pour la même affaire. En 2013, le pétrolier français a payé près de 400 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites sur le territoire américain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.