GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Fin de la Future investment initiative à Riyad sur fond d'affaire Khashoggi

    media La Future investment initiative s'est clôturée le 25 octobre 2018 à Riyad. REUTERS/Faisal Al Nasser

    La Future investment initiative de Riyad s'est achevée ce jeudi 25 octobre. Cette conférence organisée par les autorités saoudiennes pour attirer les investissements dans le royaume a été largement boycottée en raison de l'affaire Khashoggi.

    Cette conférence avait été un succès l'année dernière. Elle a été largement boycottée cette année par les représentants politiques, institutionnels et les entreprises qui étaient invités, en raison de l'affaire Khashoggi, ce journaliste assassiné dans le consulat saoudien d'Istanbul et au sujet duquel l'implication des plus hautes autorités saoudiennes est progressivement démontrée.

    Mohammed ben Salman, lui, continue de nier tout rôle décisionnaire. S'il a qualifié d'« incident hideux » l'assassinat du journaliste, le prince héritier saoudien a surtout profité de la conférence sur les investissements pour vanter son projet de diversification économique : plus de nouvelles technologies, moins de pétrole. « Dans cinq ans, l'Arabie saoudite sera totalement différente », a promis MBS, présentant le Moyen-Orient comme « la nouvelle Europe ».

    Le ministre saoudien de l'Economie a pour sa part assuré que la société nationale pétrolière Aramco était prête pour une introduction en bourse, oubliant que le contexte n'était sans doute pas propice.

    Les organisateurs de la conférence affirment que 12 « méga contrats » ont été signés, pour une valeur de 50 milliards de dollars, notamment dans l'énergie. Il faut dire que, parmi les rares Occidentaux ayant maintenu leur présence, il y avait notamment des groupes pétroliers, comme le français Total.

    L'agence de presse AFP évoque également la présence de nombreuses entreprises asiatiques et russes, ainsi que de dignitaires venus des monarchies du Golfe ou même d'Afrique, avec par exemple les présidents du Sénégal et du Gabon.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.