GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Janvier
Lundi 21 Janvier
Mardi 22 Janvier
Mercredi 23 Janvier
Aujourd'hui
Vendredi 25 Janvier
Samedi 26 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    France: coup d'envoi des nouvelles négociations sur l'assurance chômage

    media En France, le chômage a augmenté de 0,4% au troisième trimestre 2018. REUTERS/Christian Hartmann

    Un dossier sensible pour le gouvernement français : la réforme de l'assurance chômage au cœur d'une nouvelle série de négociations. Les syndicats et le patronat se retrouvent en début d'après-midi vendredi au siège de l'Unedic, à Paris, l’Union nationale interprofessionnelle pour l’emploi dans l’industrie et le commerce, organisme public qui gère les indemnités chômage. Les négociations qui s'appuient sur un document de « cadrage » fourni en septembre par le gouvernement s'annoncent ardues.

    Le but affiché de l'exécutif est de favoriser l'accès et le retour à l'emploi, mais aussi de réduire la précarité au travail. L'Objectif est d'économiser jusqu'à 3,9 milliards d'euros sur trois ans. Et ainsi réduire la dette de l'Unedic évaluée à 35 milliards d'euros.

    Plusieurs pistes sont sur la table pour lutter contre la précarité, qui pèse tout particulièrement sur les finances de l'assurance-chômage :

    D'abord, la fameuse question de la « permittence ». En clair, l'alternance entre emploi et chômage qui concerne 800 000 personnes en moyenne. La possibilité de cumuler un salaire et une allocation chômage pourrait être remise en question.

    La dégressivité des allocations pour ceux qui touchent de hauts salaires est aussi à l'étude.

    Enfin, le recours excessif des entreprises aux contrats courts pourrait donner lieu à un bonus-malus. Une menace qui fait bondir le patronat.

    Les syndicats, quant à eux, dénoncent une vision « strictement budgétaire » de cette réforme. Quoi qu'il en soit, les partenaires sociaux ont tout intérêt à trouver un accord, sinon, le gouvernement mènera la réforme sans eux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.