GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Birmanie veut faire revenir les investisseurs et relancer l’économie

    media la dirigeante de la Birmanie Aung San Suu Kyi lors du sommet de l'Asean, à Singapour, le 15 novembre 2018. REUTERS/Athit Perawongmetha

    Le Parlement birman a approuvé lundi 19 novembre la formation d’un nouveau ministère, celui de l’Investissement et des Relations économiques extérieures. Derrière ce nom se cache la volonté du pays de relancer son économie, en berne. Celle-ci a notamment pâti suite à la crise des Rohingyas, qui a fait fuir les investissements extérieurs du pays d’Aung San Suu Kyi.

    avec notre correspondante à Rangoun, Eliza Hunt

    Les investissements étrangers en Birmanie ont baissé quasiment de moitié depuis 2017. Entre avril et septembre 2017, les investissements directs à l’étranger (IDE) représentaient une somme de trois milliards de dollars. Cette année, le chiffre tourne plutôt autour de 1,7 milliard de dollars.

    Des investisseurs, surtout occidentaux, qui se retirent du pays alors que la Birmanie est critiquée pour sa gestion de la crise des Rohingyas et menacée par  l’Union européenne de sanctions commerciales. Autant de facteurs qui dissuadent les investisseurs. Dans son classement 2019, la Banque Mondiale a mis la Birmanie dans les 20 pays ayant le pire environnement commercial, derrière ses voisins vietnamien, cambodgien ou laotien.

    Sans l’Occident, la Birmanie se tourne vers l’Est

    Pour faire face à cette fuite des investisseurs occidentaux, le gouvernement birman regarde vers l’Est et mise sur des pays asiatiques moins regardants sur la situation politique. La dirigeante Aung San Suu Kyi s’est donc rendue, en seulement deux mois, à Singapour, au Japon ou encore au Vietnam, des visites pendant lesquelles il a surtout été question d’économie.

    Miser sur l’Asie est la stratégie du gouvernement birman pour le tourisme. Car le nombre de touristes occidentaux a également baissé fortement depuis 2017, toujours à cause de la crise de la minorité musulmane du pays. Moins 26%, par exemple, pour les personnes venant d’Europe de l’Ouest. Le nombre de voyageurs asiatiques lui augmente d'autant que, depuis août, les Sud-Coréens et les Japonais peuvent entrer en Birmanie sans visas.

    Le parti d'Aung San Suu Kyi tente de favoriser les investissements, mais il reste beaucoup à faire

    Pour l’instant, le bilan du parti au pouvoir, la Ligue nationale pour la démocratie, est globalement décevant en ce qui concerne les réformes destinées à faciliter les investissements. Il y a eu toutefois quelques mesures pour assouplir la lourde législation et la bureaucratie du pays. Par exemple, les banques étrangères implantées en Birmanie peuvent désormais prêter de l’argent à des entreprises birmanes, pour les aider à se développer. Autre réforme : aujourd’hui, 35% des parts d’une société birmane peuvent être détenues par des étrangers, ce qui n’était pas possible auparavant.

    Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour rendre le pays attractif, comme par exemple régler le problème de l’approvisionnement en électricité, car les coupures de courant sont régulières. Ou encore, légiférer sur la propriété intellectuelle, afin d’encourager l’innovation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.