GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Les banques françaises financent toujours les énergies fossiles

    media Au total en 2016 et 2017, les six principales banques françaises ont accordé des financements pour un total de près de 43 milliards d'euros aux énergies fossiles. REUTERS/Charles Platiau

    Lundi 26 s'ouvrent les Climate finance days, jusqu’au jeudi 28. A l'approche du rendez-vous, Oxfam publie un rapport pointant du doigt les principales banques françaises. Selon l'ONG, les six principaux établissements bancaires de l'Hexagone continuent à financer largement les énergies fossiles.

    Au total en 2016 et 2017, les six principales banques françaises ont accordé des financements pour un total de près de 43 milliards d'euros aux énergies fossiles, contre moins de 12 milliards pour les énergies renouvelables.

    Sur la première marche du podium : BNP Paribas. Le groupe figurait pourtant parmi les sponsors de la Cop 21 en 2015. La banque est talonnée par le Crédit Agricole et la Société Générale complète le trio de tête.

    Plus inquiétant encore pour Oxfam : de 2016 à 2017, les financements des principaux établissements bancaires au profit des énergies renouvelables ont baissé de 1,8 milliard d'euros ; ceux à destination des énergies fossiles ont augmenté d'autant.

    « Il est difficile de dire pourquoi les banques ont réduit leur soutien au financement des énergies renouvelables sachant que les énergies renouvelables sont de plus en plus compétitives et rentables, s'indigne Alexandre Poidatz, d'Oxfam France et auteur du rapport. En plus, les banques ont pris des engagements afin de réduire leur financement vers les entreprises les plus polluantes. »

    Oxfam demande donc « la réorientation des financements des banques des énergies fossiles vers les énergies renouvelables ». L'ONG demande également à ce que les banques « publient un plan de sortie des énergies fossiles. »

    Investissements fossiles

    Cependant, deux des banques étudiées,  le Crédit Mutuel et la Banque Postale, ont plus prêté aux énergies vertes qu'aux fossiles. Mais, leur poids est bien moindre et surtout, si on y regarde de plus près, elles ne sont pas beaucoup plus vertueuses. Car les banques soutiennent les énergies fossiles par un autre canal : celui des investissements en bourse. Pour un euro accordé sur les marchés financiers en faveur des énergies renouvelables, elles placent 8,6 euros dans les énergies fossiles.

    C'est pourquoi Oxfam demande également aux banques françaises « de cesser de soutenir toutes les entreprises qui prévoient de soutenir tout nouveau projet charbon et se sont uniquement engagées à ne plus financer directement de nouveaux projets charbons, mais pas indirectement via des entreprises qui développent ce type de projet climaticide ».

    Oxfam demande donc à l'Etat d'imposer aux banques davantage de transparence et à publier un calendrier de sortie des énergies fossiles. « L’Etat peut donner une impulsion aux banques, insiste Alexandre Poidatz d'Oxfam France. En particulier, nous demandons à ce que l’Etat exige des banques une transparence sur l’impact, sur le changement climatique, de leur portefeuille financier, et également d’évaluer les risques financiers liés à la détention de ces portefeuilles d’actifs ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.