GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Carburants: colère contre la hausse des prix alors que le cours du pétrole chute

    media Des gilets jaunes réunis à Marseille, le 24 novembre 2018. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

    Les gilets jaunes sont mobilisés ce samedi 24 novembre contre la vie chère. La colère a éclaté en raison de la flambée des prix du carburant. Mais ces manifestations un peu partout en France coïncident avec une nouvelle chute du cours du pétrole. Le baril de « light sweet crude », la référence américaine, a perdu plus de 4 dollars pour terminer la semaine à 50,42 dollars. Le Brent, la référence européenne, est lui passé en dessous de la barre symbolique des 60 dollars.

    Les références européenne et américaine de l'or noir ont perdu un tiers de leur valeur en moins de deux mois, pour atterrir à leur plus bas depuis octobre 2017.

    En cause : la menace d'une surproduction. Au moment de mettre en œuvre leurs sanctions contre l'Iran, les États-Unis ont accordé davantage d'exemptions sur le commerce de l'or noir. Les investisseurs s'inquiètent donc d'une surabondance de l'hydrocarbure sur le marché.

    Cette chute des cours du brut contraste en tous cas avec la grogne des gilets jaunes contre la flambée des prix du carburant. Mais il faut voir maintenant comment cela va se répercuter à la pompe.

    Décalage

    En théorie, il y a un décalage entre la fluctuation du cours du brut et le prix pour le consommateur final. Par exemple, le baril de « light sweet crude » coté vendredi à New York ne sera en réalité livré qu'en janvier. Mais, face à la grogne, les distributeurs de carburant se sont engagés auprès du gouvernement à répercuter la baisse des cours au jour le jour.

    L’exécutif ne s'attend pas à des miracles de ce côté-là. Et mieux vaut rester prudent : l'Opep se réunira dans quinze jours et pourrait revenir sur la dernière hausse de production décidée pour anticiper les sanctions contre l'Iran.

    A moins, que l'Arabie saoudite ne fasse un geste pour remercier Donald Trump, qui a soutenu Riyad dans l'affaire du meurtre de Jamal Khashoggi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.