GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Climat: António Guterres, le chef de l'ONU se déclare «déçu» par la COP 25, et regrette une «occasion ratée»
    • Handball: les Néerlandaises sacrées championnes du monde en battant l'Espagne par 30 à 29
    • Ski: le Français Alexis Pinturault gagne son premier slalom depuis cinq ans à Val d'Isère
    • COP25: loin de l'urgence climatique, adoption à Madrid d'un accord «a minima» soulignant le «besoin urgent» à agir
    • Crise au Liban: «Il faut que les autorités politiques se secouent» (Le Drian)
    • Pollution atmosphérique en Iran: écoles fermées dans plusieurs villes du pays, dont Téhéran
    • «L'hôpital public se meurt», avertissent 660 médecins prêts à démissionner dans une tribune publiée par le «Journal du dimanche»
    Amériques

    Etats-Unis: coupes claires chez General Motors, colère de Donald Trump

    media Le site d'assemblage du constructeur automobile General Motors à Oshawa, au Canada. REUTERS/Mark Blinch

    Rien ne va plus chez General Motors. Le constructeur automobile américain, dont les ventes sont en net recul, annonce une saignée dans ses effectifs en Amérique du Nord, moins 15%. Plusieurs usines vont fermer.

    Dans le Michigan, le Maryland, l’Ohio, près de Toronto au Canada, et même ailleurs sur d’autres continents, au total, sept nouveaux sites, usines de fabrication et d’assemblage, vont cesser leur production. L'objectif est d'économiser 6 milliards de dollars. Les managers devraient être particulièrement touchés.

    Car General Motors n’arrive plus à vendre ses berlines traditionnelles, les marques Chevrolet, Cadillac et Buick. Le marché américain se contracte. La concurrence étrangère fait rage.

    A cela s’ajoute le contexte international. La guerre commerciale menée par Donald Trump, les droits de douane sur l’acier importé. D’après le groupe de Detroit, c'est une perte d’un milliard de dollars. Avant lui, ses concurrents Ford et Fiat Chrysler avaient, eux aussi, réduit la voilure dans leur zone traditionnelle.

    GM, comme l’appellent affectueusement les Américains, tant ce groupe a épousé depuis sa création en 1908 l’histoire des Etats-Unis, avait subi la faillite il y a 10 ans avant de renouer avec des bénéfices record.

    Sa patronne Mary Barra promet de poursuivre la transition, certes longue et coûteuse, vers les véhicules électriques et autonomes, les nouveaux services de mobilité comme l'autopartage.

    Coup dur pour Donald Trump

    Avec la fermeture de quatre usines américaines, 15% des effectifs du constructeur automobile aux Etats-Unis vont se retrouver sans emploi. Pour justifier sa décision, General Motors évoque la nécessité de se « transformer ». « Nous prenons cette mesure dès maintenant alors que l'entreprise et l'économie sont fortes pour anticiper l'évolution des conditions du marché », peut-on lire dans un communiqué.

    General Motors dit vouloir se positionner dans les secteurs de la voiture électrique et des véhicules sans conducteur. Le principal syndicat de l’automobile a fait part de sa volonté de lutter par tous les moyens possibles contre ce plan social. La fermeture de ces usines est prévue l’année prochaine.

    « Cela n’est pas bien, je ne suis pas content de cette nouvelle » a lâché Donald Trump après cette annonce, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet. Et le président d'ajouter : « Nous allons trouver une solution. Notre pays a fait beaucoup pour General Motors. Nous allons mettre la pression maximale sur eux ».

    Cette annonce de GM représente en effet un vrai coup dur pour Donald Trump qui s’est toujours vanté de faire revenir les emplois aux Etats-Unis. Le vote ouvrier a d’ailleurs été crucial pour permettre son arrivée à la Maison Blanche, notamment dans l’Ohio, l’un des Etats concernés par la fermeture d’une usine de Général Motors.

    L'usine canadienne d'Oshawa dans l'expectative

    La nouvelle de la prochaine fermeture de l'usine d'Oshawa, qui produit des Chevrolet et des Cadillac, a pris tout le monde par surprise a constaté notre correspondante à Ottawa, Pascale Guéricolas. Jerry Dias, le dirigeant du syndicat Unifor regroupant les ouvriers, dénonce la délocalisation d'emplois de GM vers le Mexique, alors que c'est le Canada qui achète ses voitures. « Parce que nous avons un problème, GM a un problème. Je ne sais pas comment General Motors peut penser que les Canadiens et le Canada vont continuer à supporter cette entreprise alors que clairement GM ne démontre aucune volonté de traiter cette nation et ces travailleurs avec respect. »

    Au fil des ans, les gouvernements du Canada et de la province de l'Ontario ont accordé des milliards de dollars à l'industrie automobile pour la soutenir. La part de ce secteur dans l'économie canadienne décline cependant depuis quelques années. Malgré tout, le premier ministre de l'Ontario fait une promesse à ses concitoyens. « Notre gouvernement va se tenir au coude à coude avec tous ceux qui vont être affectés par cette fermeture, affirme Doug Ford. Nous allons faire tout notre possible pour qu'ils se remettent sur pied. Encore une fois, nous allons faire tout ce qu'il faut pour ces gens-là. Nous allons rester optimistes même si le climat est négatif. Et je vous garantis et je vous promets qu'ils vont se remettre debout. »

    Cela fait près de 100 ans que la ville d'Oshawa abrite une usine de fabrication de voitures.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.