GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    G20 en Argentine: Donald Trump et Xi Jinping concluent une trêve commerciale

    media Le président chinois Xi Jinping et son homologue américain Donald Trump, l 1er décembre 2018 à Biuenos Aires. REUTERS/Kevin Lamarque

    Leur dîner de travail, à la fin du G20 de Buenos Aires, a été fructueux. Après deux heures d'échanges, l'Américain Donald Trump et le Chinois Xi Jinping ont décrété une « trêve », samedi 1er décembre 2018, dans le conflit commercial qui oppose leurs deux pays. Des engagements ont été pris de part et d'autre.

    Après un dîner de plus de deux heures, en présence de leurs conseillers, MM. Trump et Xi ont décidé de mettre de l'eau dans leur vin, alors que la guerre commerciale qu'ils se livrent menace la croissance mondiale. Selon le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, les deux présidents ont « trouvé un accord pour mettre fin à la mise en œuvre de nouveaux droits de douane ».

    Selon le vice-ministre du Commerce, Wang Shouwen, Washington renonce en fait à porter de 10% à 25% les droits de douanes sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises, soit la moitié du total, à partir du 1er janvier prochain. Mais la présidence américaine a fait savoir que cette décision n'était que suspendue pour un temps donné, plus précisément pour une durée de 90 jours.

    Dans ce délai, si la République populaire de Chine et les Etats-Unis d'Amérique n'arrivent pas à s'entendre sur des « changements structurels » dans leurs relations commerciales, notamment au sujet des transferts « forcés » de technologie et de la propriété intellectuelle, « les droits de douane de 10% seront portés à 25% », a averti dans un communiqué la Maison Blanche.

    La Chine promet de tendre vers l'équilibre commercial avec les Américains

    Selon Washington, Pékin s'est d'ailleurs engagé à acheter une quantité « pas encore définie, mais très substantielle » de produits américains, histoire de résorber l'énorme déficit commercial des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine. De quoi faire dire au président Trump qu'il s'agissait d'une « réunion incroyable et productive ouvrant des possibilités illimitées pour la Chine et les Etats-Unis ».

    Pékin pourrait commencer « immédiatement » à se fournir en produits agricoles, et les Chinois auraient promis de durcir la répression contre le trafic de fentanyl, un opiacé synthétique produit en Asie et considéré comme 30 à 50 fois plus puissant que l'héroïne, 50 à 100 fois plus puissant que la morphine. Ces drogues et leurs équivalents ont tué 28 000 Américains en 2017.

    Enfin, le numéro un chinois s'est dit « ouvert » à l'idée d'une fusion géante dans le secteur des semi-conducteurs si elle devait lui être à nouveau soumise. Il s'agit du rachat du Néerlandais NXP par l'Américain Qualcomm. Un projet de plus de 40 milliards de dollars, bloqué par les autorités de régulation chinoises. Ce veto est perçu comme une mesure de rétorsion contre l'offensive sur les droits de douane.

    Sur les problèmes de fonds, la Chine est-elle vraiment prête à négocier ?

    Compte tenu du contexte, cette trêve est bienvenue, commente notre correspondant à Shanghai, Simon Leplâtre. Car la crainte d’une escalade des sanctions pesait sur l’économie en cette fin d’année 2018, surtout côté chinois, mais aussi sur certaines entreprises américaines exposées aux marché chinois, comme les constructeurs automobiles.

    Ces 90 jours ne seront pas de trop, car les conflits sont nombreux : défense de la propriété intellectuelle, transferts de technologies, accès au marché chinois... Les Etats-Unis reprochent à la Chine ses pratiques anticoncurrentielles, alors que la Chine se présente comme un pays toujours en développement, et qui a donc encore besoin de mesures protectionnistes.

    C’est là que le bat blesse : la Chine a promis qu’elle achèterait plus de produits américains, mais sur les problèmes de fonds, qui remettent en cause son modèle de développement, elle est est beaucoup moins prête à négocier. Or, si les deux principales puissances économiques de la planète ne parviennent pas à un accord d’ici trois mois, Washington a déjà prévu de taxer 200 milliards de produits chinois.

    ►À relire : A Buenos Aires, un nouveau dialogue de sourds au sein du G20

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.