GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Janvier
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 21 Janvier
Mardi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    La BCE met fin à sa politique de «quantitative easing»

    media Le président de la BCE, Mario Draghi, lors de sa conférence de presse, ce jeudi 13 décembre, au siège de l'institution à Francfort. REUTERS/Kai Pfaffenbach

    La BCE, la Banque centrale européenne, gardienne de l'euro, a décidé jeudi de mettre fin à son programme de rachats d'actifs mis en place il y a plus de trois ans. Appelée également « quantitative easing » ou assouplissement quantitatif, cette mesure monétaire permet de soutenir l'économie de la zone euro et d'éviter une déflation.

     

    L'assouplissement quantitatif permet à la banque centrale de créer de la monnaie. Avec cet argent elle achète des emprunts privés ou des emprunts d'Etat à des investisseurs. Ces derniers peuvent ensuite réinjecter ces liquidités dans l'économie et ainsi stimuler la croissance et alimenter l'inflation. L'un des objectifs étant d'éviter la déflation et la baisse des prix qui mécaniquement provoque un ralentissement de l'activité économique.

    Dès 2012, alors que sévissait la crise, le président de la BCE Mario Draghi décide, pour soutenir l'économie, de baisser les taux d'intérêt. Mais cette mesure s'avère insuffisante. C'est pourquoi en 2015 il passe à la vitesse supérieure en lançant  une opération d'envergure avec le rachat d'obligations, c'est-à-dire le rachat de dette publique et privée.

    En trois ans la BCE a racheté 2 600 milliards d'euros d'actifs, soit autant d'argent qui a été réinjecté dans l'économie, ce qui a permis à la zone euro d'éviter le pire.

    Aujourd'hui malgré les tensions politiques et sociales qui planent sur la croissance, la BCE a quand même décidé de mettre un terme à ce mécanisme à la fin du mois. En revanche, elle maintient ses taux directeurs au plus bas et ce pour encore au moins six mois.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.