GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Forum économique de Davos: les discours des Européens très attendus

    media La parole des dirigeants européens est attendue ce mercredi 23 janvier à Davos. REUTERS/Arnd Wiegmann

    Les travaux du 49e Forum économique mondial de Davos (WEF) se poursuivent. Une édition qui se distingue par un retour du pessimisme tant les inquiétudes sont grandes face aux menaces qui pèsent sur l’économie mondiale. Le FMI a d’ailleurs revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2019. La première journée a été marquée par l’intervention du très controversé Jair Bolsonaro, star cette année à Davos en l’absence de Donald Trump, Emmanuel Macron ou encore Theresa May. Le président brésilien qui a évité de jouer les provocateurs, s’engageant à réformer le pays pour en faire l’une des 50 meilleures destinations pour l’investissement. Ce mercredi on attend l’intervention des Européens.

    Avec notre envoyée spéciale à Davos,  Mounia Daoudi

    A quelques mois des élections européennes et alors que le continent fait face à une montée des populismes, c’est peu dire que la parole des dirigeants européens est attendue à Davos.

    Mais en l’absence d’Emmanuel Macron et de Theresa May, c’est à Angela Merkel que va revenir la charge de rassurer les grands patrons réunis dans la petite station de ski des Alpes suisses.

    Des grands patrons qui n’ont sans doute pas été rassurés par les derniers chiffres du FMI qui a révisé ses prévisions de croissance à la baisse pour la zone euro. Sans compter que le dernier rapport du cabinet d’audit Price Waterhouse Cooper (PwC) qui prend le pouls des dirigeants de quelque 1 300 multinationales fait lui aussi état d’une érosion de la confiance dans la zone.

    Un autre dirigeant s’exprimera à Davos : l’Italien Guiseppe Conte, à la tête d’un gouvernement en lutte ouverte avec Bruxelles, et qui ne verrait sans doute pas d’un mauvais œil l’avènement d’un nouvel ordre européen.

    L’Espagnol Pedro Sanchez arrive, lui, affaibli au Forum économique mondial depuis la percée significative de l’extrême droite en Andalousie. Ce qui n’est pas sans inquiéter à 4 mois des Européennes.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.