GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    La majorité des députés LREM a voté pour, mais 52 d'entre eux se sont abstenus et surtout 9 ont voté contre le texte. L'ensemble de la gauche s'est prononcée contre. LR et UDI-Indépendants se sont en majorité opposés au texte.

    Europe

    Pays-Bas: réactions favorables au rachat d'actions Air France-KLM par l'Etat

    media L'Etat néerlandais a pris une participation à hauteur de 14% dans le capital d'Air France-KLM. Robin Utrecht / ANP / AFP

    Le conseil d'administration d'Air France-KLM a pris acte, jeudi 28 février, de la montée au capital de l'Etat néerlandais à 14 % des parts du groupe (12,68% dans un premier temps). Le gouvernement français parle d'une annonce « inamicale », mais aux Pays-Bas l'initiative est saluée.

    Avec notre bureau de Bruxelles,

    Dans l’ensemble, les réactions aux Pays-Bas sont largement favorables à ce rachat d’actions d'Air France-KLM. On peut, par exemple, citer un rapide sondage effectué par le populaire quotidien De Telegraaf où 80 % des lecteurs sondés ont déclaré, mercredi 27 février, soutenir l’action du gouvernement néerlandais.

    Au Parlement, plus précisément la deuxième Chambre des Etats généraux des Pays-Bas, certains partis comme les Verts critiquent néanmoins l’intrusion du politique dans l’économie.

    Eviter le scénario « à la Belge »

    Mais la plupart des partis soutiennent l’action gouvernementale. Le gouvernement batave veut garantir l’avenir de KLM, qui est un des dix premiers employeurs du royaume, ainsi que l’avenir de Schiphol, l’aéroport d’Amsterdam où KLM représente chaque année 35 millions de passagers, soit la moitié de la fréquentation.

    En fait, la motivation principale du gouvernement néerlandais est d’éviter ce qu’on appelle ici un scénario catastrophe « à la Belge », c’est-à-dire de voir KLM se retrouver un jour dans une position similaire à celle de la compagnie aérienne Sabena. Celle-ci a dû mettre la clef sous la porte en 2001 après 80 ans d’existence alors que le gouvernement belge avait cru bon de vendre ses parts à Swissair, pensant assurer l’avenir de la compagnie nationale.

    Rencontre entre ministres

    Côté français, Bruno Le Maire, le ministre des Finances, recevra vendredi son homologue néerlandais pour une discussion « amicale mais franche ». Le gouvernement et le conseil d'administration n'avaient pas été mis au courant en amont.

    Bernard Garbiso, le secrétaire général de la CFE-CGC d'Air France, est lui aussi surpris, mais pas particulièrement inquiet : « Le groupe Air France-KLM est quand même sous contrat français, [il] est en France. Le positif, c’est aussi que le gouvernement hollandais prenne des actions et apporte de l’argent frais pour de l’investissement dont a besoin le groupe pour se développer. Et on peut se poser la question : est-ce que tout cela est une surprise ? »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.