GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Air France-KLM: Bruno Le Maire doit recevoir son homologue néerlandais

    media Le ministre de l'Economie français Bruno Le Maire rencontrera vendredi 1er mars 2019 son homologue néerlandais Wopke Hoekstra, à Bercy. REUTERS/Philippe Wojazer

    L'heure des explications a sonné. Bruno Le Maire, le ministre français des Finances, rencontre ce vendredi 1er mars Wopke Hoekstra, son homologue néerlandais à Bercy. Il a été invité après l'annonce de l'entrée au capital des Pays-Bas dans la compagnie aérienne Air France-KLM. Une opération qui devrait leur donner accès au conseil d'administration et menée sans que le gouvernement français soit averti en amont.

    « Franche et amicale, mais franche. » C'est ainsi que le gouvernement français envisage la discussion de ce vendredi entre Bruno Le Maire et Wopke Hoekstra. En tous cas, avant la rencontre le ministre français ne mâche pas ses mots et, précisément, il juge l'action des Pays-Bas inamicale et parle d'attaque-surprise.

    La comparaison avec des raiders, ces traders qui mènent des opérations hostiles, ne semble pas assez forte à ses yeux. Sur Public Sénat, il estime qu'un raider aurait mis plus de temps et aurait été moins brutal.

    Le ministre français de l'Economie est d'autant plus remonté que pour lui cette prise de capital en catimini est incompréhensible. Incompréhensible, car elle a fait chuter l'action de la compagnie en Bourse.

    Incompréhensible et inamicale, car assure-t-il, la France coopérait pour prendre en compte les intérêts néerlandais. Mais les Pays-Bas n'auraient pas obtenu les assurances qu'ils attendaient de la part de Ben Smith, le patron de la compagnie. 

    Malgré les reproches, Bruno Le Maire veut aller de l'avant et souhaite que Paris et La Haye trouvent ensemble une porte de sortie qui permettra de renforcer Air France-KLM.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.