GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Le vignoble bordelais dans l'attente du Brexit

    media Vignoble bordelais RFI/Agnieszka Kumor

    La Semaine des Primeurs débute le 1er avril à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France. Les propriétés ouvrent leurs portes pour présenter les échantillons de la récolte 2018 aux négociants chargés de les commercialiser, aux courtiers et aux critiques français et étrangers. Leur avis servira de base pour établir le futur prix du vin. Et cette année, le Brexit est dans tous les esprits.

    Dans un hôtel parisien, une soixantaine de domaines bordelais présentent leurs vins en avant-première. Celui qui les a réunis s’appelle Stéphane Derenoncourt, un consultant en œnologie, l’un des plus réputés dans la profession. Il a réuni une équipe technique de consultants pour travailler avec lui dans plusieurs vignobles de France et au-delà de ses frontières. Des femmes et des hommes qui circulent entre les tables, donnent des explications sur les terroirs de vins présentés et prêtent main-forte en l’absence d’une partie des producteurs retenus quelque part entre Paris et Bordeaux en raison d’une panne de TGV. Ils nous rejoindront plus tard. Mais si dans la vie de vigneron il n’y avait que cela !

    2018, le millésime élégant et suave

    Voyons d’abord ce millésime 2018 que l’on dit atypique. Le chamboulement de la météo a donné du fil à retordre aux vignerons dès le printemps. Mais à partir de juillet, les conditions climatiques se sont avérées exceptionnelles. Résultat : 5 millions d’hectolitres récoltés, soit une hausse de 67 % par rapport à 2017, année calamiteuse. Et pour la qualité ? Ce 2018 est « élégant et suave », affirme Stéphane Derenoncourt, quoique le vin soit hétéroclite selon les appellations. Pour le consultant, ce nouveau millésime ne ressemble à aucun autre dans le passé. Les prix seront fixés plus tard, au mois de mai et de juin, par les courtiers et les négociants en vins lors des ventes en primeur. Et tout le monde se pose la même question : quel impact aura le Brexit sur les exportations de vins de bordeaux vers le Royaume-Uni ?

    Jean-Luc Zell, directeur du Château d'Agassac, a des clients outre-Manche. Le Brexit va lui poser de sérieux problèmes : « Ce qui m’inquiète le plus c’est l’introduction des taxes douanières. Les nouveaux tarifs pourraient propulser nos vins à des prix qui ne seraient plus acceptables pour nos clients. Or, c’est bien connu : quand le prix change, le client change », soupire-t-il.

    Une plaque tournante pour le monde entier

    Son agacement est compréhensible. Car si les prix de bouteilles de vin montent rapidement, les producteurs bordelais risquent de perdre le marché britannique, leur quatrième partenaire à l'exportation après Hong-Kong, la Chine et les États-Unis. Un marché de 225 millions d’euros. Le Royaume-Uni n’est pas que cela, c’est aussi est une plaque tournante pour les vins et spiritueux du monde entier, rappelle Stéphane Derenoncourt : « certes, il y a là-bas un marché intérieur très fort, mais il y a aussi beaucoup de vin qui passe par la place de Londres pour ensuite être exporté vers l’Asie ou vers d’autres lieux où les Anglais ont eu des places fortes dans l’Histoire. Aussi, cette incertitude qui règne aujourd’hui est un vrai souci. La seule chose que je remarque à travers les acteurs que je rencontre, et notamment des Anglais, c’est qu’ils ont l’impression d’être dans une grande inconnue. On ne sait pas. Pour l’instant, c’est l’inconnue totale. »

    Les commandes tardent à venir

    Les courtiers de Londres, Jean-Christophe Coisy les connaît bien. Ce négociant et caviste basé à Issy-les-Moulineaux échange avec ses partenaires britanniques toutes les semaines. Et l’incertitude, c’est bien connu, n’est pas bonne pour les affaires. « Aujourd’hui, le Royaume-Uni reste encore le principal acteur du marché export. Mais le Brexit pose un risque systémique. On ne sait pas comment l’Angleterre pourra continuer d’être cette plate-forme d’échanges pour le reste du monde. C’était un marché très porteur pour les vins de Bordeaux. Or, depuis quelques mois ce marché est en train de se figer. Tout ce qui est de la transaction sur les vins livrables prochainement est peu porteur de plus-values. Pour nous, les négociants, cela représente un vrai risque sur nos marges. »

    Certains distributeurs ont rempli leurs stocks à l’avance pour assurer plus tard la livraison. Mais les nouvelles commandes se font rares. En attendant le divorce...

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.