GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le «taliban américain» John Walker Lindh libéré après 17 ans de prison (médias)
    • ND de Paris: rebâtir la charpente en bois est «probablement la bonne solution», estime un des architectes en charge de sa restauration
    • Télécommunications: Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Mike Pompeo
    • Présidentielle au Malawi: le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika en tête (résultats officiels partiels)
    • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
    • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
    • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
    • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
    • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
    • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
    • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
    • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
    Amériques

    La taxe carbone imposée dans quatre provinces du Canada

    media Le Canada hausse les prix à la pompe dans les provinces de l'Ontario, la Saskatchewan, le Manitoba et le Nouveau-Brunswick. Le gouvernement estime qu'elles n'ont pas pris de mesures jugées compatibles avec les objectifs de réduction de gaz à effet de serre (Photo by Roberto Machado Noa/LightRocket via Getty Images)

    La taxe carbone passe mal pour les résidents de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick, du Manitoba et de la Saskatchewan, au Canada, car les prix à la pompe vont augmenter. La mesure suscite la colère, notamment en Ontario où son gouvernement a décidé de poursuivre en justice l'Etat canadien.

    La ministre canadienne de l'Environnement a annoncé dimanche 31 mars une hausse des prix du carburant pour les contribuables de quatre des dix provinces du pays afin d'atteindre les objectifs en matière de réduction de gaz à effet de serre. « Cela incite les gens à se dire qu'ils devraient choisir un véhicule plus économe en énergie, ou peut-être les transports en commun », a argumenté la ministre Catherine McKenna.

    Outre l'essence, le charbon, le mazout, le propane et le gaz naturel seront aussi taxés. Le gouvernement canadien a bien indiqué qu'il entendait rembourser 90% des recettes provenant de cette taxe aux contribuables des quatre provinces sous forme de remboursements d'impôts. Une grande partie de la classe moyenne, explique-t-il, va en effet récupérer en crédit d’impôt les quelques centaines d’euros supplémentaires payés sur les énergies fossiles.

    D’ores et déjà, le parti conservateur promet aux électeurs d’abolir la nouvelle taxe s’il gagne les élections en octobre prochain. Selon son chef, cette mesure va appauvrir les habitants de l’Ontario, de la Saskatchewan, du Nouveau-Brunswick ou du Manitoba, qui ont déjà du mal à boucler leurs fins de mois.

    Cette taxe censée favoriser la réduction de la pollution ne fait pas le bonheur non plus des partisans du Parti vert. Les écologistes s’insurgent contre le manque de transparence du gouvernement envers ce nouvel impôt, et déplorent que les citoyens ne soient pas suffisamment éduqués à réduire leur empreinte carbone.

    Les changements climatiques touchent pourtant de plein fouet le Canada. Une étude publiée hier montre que la température moyenne y a augmenté deux fois plus vite que sur le reste de la planète.

    Le point sur la taxe carbone dans les pays européens

    Cette taxe, qui divise les Canadiens, prouve encore une fois combien il est compliqué de financer la transition énergétique. Pour que la mesure soit acceptée, il faut qu'elle soit perçue comme juste socialement et supportable économiquement. De nombreux pays européens y sont parvenus sans difficulté, d'autres se heurtent encore à des résistances.

    Taxer le carbone, c'est lui donner un prix par rapport à son coût, prix censé permettre aux États de financer la transition énergétique. Pionnière, la Suède a mis en place la taxe carbone en 1991. Initialement établie à 26 euros la tonne de CO2, elle a augmenté au fil des années pour atteindre aujourd'hui 120 euros, c'est la plus élevée au monde. Une hausse acceptée par les Suédois, grâce à une baisse des impôts pour les ménages. Résultat, le pays a divisé par deux ses émissions de gaz à effet de serre.

    Dans son sillage, le Danemark, la Finlande, la Norvège, puis plus tard, le Royaume-Uni ou la Slovénie ont introduit des taxes sur le CO2. La France l'a instaurée en 2014 au prix de 7 euros la tonne, en 2018 elle était à 44,60 euros, suspendue en 2019 pour répondre à la colère des « gilets jaunes », elle devrait en 2030 atteindre les 100 euros. 

    Au total, 46 pays dont l’ensemble des États membres de l’Union européenne et 26 provinces d'Amérique du Nord ont mis en place une tarification du carbone qui a généré 26 milliards d'euros de revenus en 2017. Mais au regard de l'enjeu, l'OCDE rappelle que cela reste très insuffisant si l'on veut répondre aux objectifs de l'Accord de Paris.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.